Demain sortira en librairies La Capture , destiné à mieux comprendre du monde de la finance aujourd'hui. Les auteurs, dont notre confrère d'Alternatives Economiques Christian Chavagneux et Thierry Philiponnat, secrétaire général de Finance Watch, nous expliquent pourquoi finalement, rien n'a vraiment changé depuis la crise des sub-primes de 2008.

L'argent
L'argent © Radio France

Pour bien comprendre de quoi il s'agit, nos deux auteurs rappellent en introduction quelques citations, dont celle-ci, d’Alexandre Dumas, dansLa Dame aux Camélias : « L'argent est un bon serviteur mais un mauvais maître ».

Aujourd'hui, en 2014, nous voici dans le deuxième cas de figure, quand l'argent prend le pouvoir et capture ceux qui devraient le diriger. Parce que La Capture , expliquent les auteurs, c'est d'abord celle des lois, quand les intérêts privés et les lobbys financiers parviennent à écrire ou réécrire les lois qui les concernent. Cette pratique de réécriture des textes, Thierry Philiponnat la connaît par cœur à Bruxelles, puisque c'est contre elle qu’il lutte tous les jours, grâce à son ONG (Finance Watch).

La Capture , c'est aussi le fait que la finance en tant que sujet est monopolisée par des pseudo-experts dans les cercles du pouvoir, ce qui le rend inaudible auprès du grand public.

Pourtant, la finance, est le socle de notre société et de notre économie.

Mettons que vous êtes un Etat et que vous voulez lutter contre les inégalités, financer les retraites, ou investir dans de nouvelles infrastructures -ou même, si vous êtes un ménage, et que vous voulez acheter une maison.

Dans les deux cas de figure, les financiers tiennent le pari suivant : vous allez rembourser demain le prêt qu'ils vous accordent aujourd'hui.

Mais si la finance ne fonctionne pas, alors le crédit ne fonctionne pas et c'est tout l'avenir de nos économies qui s'en retrouve bouché. Cette configuration actuelle est due, selon eux, à deux dysfonctionnements majeurs, comme l'explique Christian Chavagneux :

Les solutions passent immanquablement par l'Europe, mais aussi par le courage de nos gouvernants.

Que ce soit ici ou de l'autre côté de l'Atlantique, on entend maintenant que le secteur bancaire serait désormais trop puissant pour être réformé, ce qui le placerait du coup au dessus des lois.

Irrecevable pour les auteurs, qui réclament une réforme et un débat démocratique. Pour l'obtenir, cette réforme, il faut donc que les arcanes de la finance soient à la portée de tous. C'est ce qu'ils s'appliquent à faire avec cet ouvrage.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.