La 52ème édition du Salon international de l’Agriculture ouvre ses portes demain à Paris, et c’est une véritable vitrine des dernières innovations du monde agricole. Voici quelques-unes des solutions proposées face aux préoccupations des agriculteurs.

Par exemple, voyez dans La Famille Bélier, vous avez Monsieur Bélier qui en a, des soucis. Sa fille travaille sur l’exploitation et voilà qu’elle veut partir chanter à Paris.

Vous faites quoi, quand vous êtes agriculteur et que vous perdez des bras? Vous faites appel à un drone . Pour biner, enlever les mauvaises herbes par exemple, il passe dans les semis et il fait le travail. Il peut même vous dresser l’état des lieux des sols et, cerise sur le gâteau, faire de l’épandage de produits chimiques sans vous empoisonner, ni vous tâcher les mains. Demain, au Salon de l’Agriculture, ce petit robot présenté par la marque française Berthaud fera probablement figure de star.

Pesticide vaporisé par un agriculteur
Pesticide vaporisé par un agriculteur © Robert Sisson/National Geographic Society/Corbis

Voici également un drone « semoir ». Produit cette fois par John Deer qui permet de battre des records de vitesse d’ensemencement: à 20 kilomètres/heure, il vaudra mieux éviter de l’avoir sur sa route. Un autre drone encore sera probablement en haut de l’affiche: le drone aquatique. Vous le plongez dans une source, un ruisseau, une rivière. Il est capable prélever des échantillons d’eau de les analyser. Utile pour les agriculteurs qui veulent connaître la quantité et la qualité de l’eau à proximité de leur champ.

En dehors des drones, il y a aussi le GPS pour vaches. Là, Monsieur Bélier pourra non seulement se passer de sa fille, mais également se passer de son chien. Fini le chien de berger, le chien troupeau: le collier GPS autour du cou de votre vache vous permet de la géo-localiser 24 heures sur 24.

Mieux : vous n’êtes même plus obligé de vous embêter avec une clôture, vous pouvez la laisser aller à sa guise. Et si elle s’égare qu’elle sort du bon pré, hop une petite impulsion électrique commandée à distance et vous pouvez être sûr qu’elle reviendra dans le droit chemin.

Si Monsieur Bélier préfère remplacer sa fille par un être humain, il trouvera quand même une solution au Salon de l’Agriculture. Car contrairement aux idées reçues, c’est un secteur qui recrute. Les exploitations se sont largement agrandies ces dernières années. En 40 ans, leur taille a été multipliée par 5. Impossible, pour un exploitant, de tout faire tout seul, il a besoin d’une main d’œuvre plus qualifiée: il y a donc moins d’exploitants, on le sait, mais plus de salariés.

Sans compter que les agriculteurs eux aussi aspirent à prendre un week-end voir des vacances de temps en temps. Tout un créneau se développe donc autour des absences avec des vacataires. L’agriculture embauche 50 000 salariés chaque année. De quoi rassurer Monsieur Bélier.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.