Emmaüs Défi
Emmaüs Défi © Radio France

De la nouvelle vaisselle, un vélo... Vous pourrez trouver tout cela ce dimanche 22 juin, Porte de Versailles, à Paris.

La transhumance des camions d’Emmaüs commence aujourd’hui à travers toute la France, chargés d’objets, de meubles, de vêtements vendus à des sommes modestes toute la journée. *

2.200 compagnons seront présents pour l’occasion sur 2.000m² : de quoi trouver son bonheur !

Le mouvement Emmaüs est né en 1949. A l'époque, L’abbé Pierre avait dit à Georges un SDF suicidaire: « viens m’aider à aider » et Georges était devenu le premier compagnon d’Emmaüs.

Aujourd’hui, Emmaüs, c’est 4.300 compagnons comme Georges, 4.900 salariés en chantiers d’insertions, 26.5000 produits qui, chaque année, retrouvent une nouvelle vie, et 510.000 euros collectés l’année dernière.

C’est ce qui fait dire à Thierry Kühn, le tout nouveau président d’Emmaüs , que le mouvement va bien au-delà de la compassion et de l’occupationnel pour exclus de la société. Il veut faire valoir que derrière ce mouvement, il y a une entreprise économique créatrice de valeur :

Cette anné, Emmaüs compte reverser l’argent gagné par le salon aux quatre coins du monde : en Afrique, l’argent ira à un projet de microfinance pour les femmes en zone rurale. En Amérique latine, il s’agira aussi de promouvoir un projet de ce type. Même chose en Asie, avec des enveloppes de 1.900 euros versées à des femmes en Inde, au Bangladesh et en Indonésie. En Europe, l’argent servira à développer une coopérative agricole à Sebrenica, en Bosnie herzégovine.

Progressivement, ces actions font d’Emmaüs une "multinationale de la solidarité", ou en tous cas une entreprise sociale et solidaire sans frontières. C’est l’ambition de son nouveau patron, qui a toujours travaillé dans ce secteur.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.