La guerre des VTC contre les taxis est emblématique des tensions qui se jouent entre les entreprises innovantes et leur aînées plus matures sur un marché. Et ce combat est loin d’être le seul. Devant l’inégalité des rapports de force, un entrepreneur a lancé « David contre Goliath » pour rééquilibrer la donne.Et ce qu’il dénonce aujourd’hui a déjà été parfaitement raconté dans une jolie caricature au siècle dernier. Ça s’appellait la « pétition au Parlement français de la part des fabricants de chandelles ». Les fabricants de ces chandelles demandent à être protégés de la concurrence déloyale d’un fournisseur étranger de plus en plus puissant : le soleil. Il fournit la lumière toute la journée, à des prix trop bas…et l’été, c’est encore pire que l’hiver…Les fabricants signent donc une pétition pour réclamer une loi qui va ordonner la fermeture de toutes les fenêtres, lucarnes et autres qui permettent aux rayons de soleil d’éclairer les maisons. Vous l’avez compris c’est une fiction, imaginée par l’Economiste Frédéric Bastiat. Mais elle s’applique bien à ce qui se passe aujourd’hui.

Alors aujourd’hui qui sont nos fabricants de chandelle ? Vous en avez dans absolument tous les domaines… On le voit avec les taxis mais aussi dans la chimie avec des cartels qui s’accordent sur les prix, font pression sur les fournisseurs pour qu’ils cessent leur livraison à la concurrence… Dans le secteur du tourisme, des réservations hôtelières, aériennes... Google a même dupliqué un certain nombre de comparateurs de prix et déréférencé les acteurs indépendants de sorte que ceux-ci se retrouvent en dernière page loin derrière les offres maison proposées par Google. Certains acteurs ont ainsi perdu 40 à 50% de parts de marché du jour au lendemain… Mais quel que soit le domaine, le dominant utilise toujours les mêmes armes : les plus procédurières.

le gouvernement tranche en faveur des taxis face aux vtc
le gouvernement tranche en faveur des taxis face aux vtc © reuters

Il existe pourtant déjà une institution censée éviter cela : l'Autorité de la Concurrence. Mais avec, hélas, peu de moyens. Un budget de vingt million d’euros, vous ne faites pas le poids contre les plus gros cabinets d’avocats qui ont tout leur temps devant eux. Et les effectifs, 200 salariés à l’Autorité de la concurrence ce ne serait pas assez pour faire le suivi de tous les dossiers.

Le collectif "David contre Goliath" se propose donc de servir de relais d’influence notamment pour lancer des alertes auprès des médias… Pour qu’in fine le soleil triomphe le jour contre les chandelles…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.