Journaux
Journaux © Fotolia

Imaginez que vous êtes devant un kiosque à journaux, mais qu’au lieu d’acheter le New York Herald Tribune , le Parisien,le Figaro, Libération, et Auto Moto , vous picorez. Vous achetez la page fait divers du Parisien , le portrait de Libération , l’édito de Paul-Henri du Limbert dans le Figaro et la page sur les grosses cylindrées d’Auto Moto , entre 10 et 90 centimes d’euro l’article, vous composez votre propre journal.

Pour choisir, encore faut-il tout avoir sur la main et c’est tout l’objet de Blendle, créé par deux jeunes journalistes néerlandais de 27 ans.

Pendant 2 ans, ils ont fait la tournée, sans relâche, un à un, de tous les journaux de leur pays. Quand enfin le Handelsblatt a donné son feu vert à la mise en ligne de ses articles sur une plateforme, au printemps 2013, tous les autres titres ont suivi.

Depuis, 140 000 Néerlandais se sont abonnés.

6 mois après le lancement, le site a fait une vraie percée très bénéfique dans la vie des médias hollandais.

Et bénéfique à double titre:

  • d’abord, il a permis aux journaux de s’enrichir en leur apportant de nouvelles sources de revenus

  • ensuite, il a considérablement rajeuni les lecteurs: 60% d’entre eux ont entre 20 et 35 ans.

Il faut dire que le site est extrêmement ergonomique, que le budget est accessible et qu’en prime, vous pouvez vous faire rembourser un article que vous jugez mauvais.

Quand Blendle va-t-il arriver en France?

Les tractations sont en cours, à la fois en France, en Allemagne en Espagne, dans les pays scandinaves et en Belgique. Forte de sa super levée de fonds de 3 millions d’euros auprès du New York Times et du groupe allemand Axel Springer, il approche en ce moment les médias français. Les dirigeants de Blendle devaient récemment déjeuner avec Louis Dreyfus, le président du directoire du Monde .

L’argumentaire des fondateurs du site est le suivant: les jeunes paient pour de la musique avec Spotify ou iTunes, ils paient pour des séries avec Netflix. Ils peuvent donc payer pour du journalisme de qualité.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.