Aujourd’hui le Ministre de l’Agriculture Stéphane le Foll réunit à Paris, à la Villette plus précisément les acteurs du Bio Contrôle, une alternative aux pesticides, une filière qu’il veut voir décoller dans les années à venir.

Papillon en Normandie
Papillon en Normandie © Clfissa

Imaginez ce matin que vous êtes un papillon. Vous butinez de fleur en fleur quand tout à coup vous respirez la douce odeur de phéromones femelle.

Vous prenez la direction de ces odeurs…mais dommage il n’y a personne au rendez-vous. A la place du papillon femelle vous trouvez de petites capsules qui diffusent ces odeurs attractives. On vous a eu. C’était un leurre.

Et pendant ce temps là, vous n’êtes pas allé fabriquer des petites chenilles qui vont ravager les vignes et les arbres fruitiers. Ce processus de leurre porte un nom:La confusion sexuelle. C’est une forme de bio contrôle,

mais il y en a d’autres, notamment des algues qui servent à fabriquer des vaccins pour renforcer les plantes.

Plus connu:les coccinelles qu’on largue par centaines sur les rosiers pour manger les pucerons….

Tout ça c’est du bio contrôle, une alternative aux pesticides et aux produits chimiques.

C’est une bonne idée mais la filière est encore très limitée en France. Aujourd’hui on compte environ 70 PME spécialisées dans cette activité. L’objectif c’est d’atteindre les 20 000 emplois dans les 4 ans. Un objectif plutôt réaliste dans la mesure où le marché est évalué à 1 milliard 600 millions d’euros dans le monde…

Mais pour ça, Stéphane Le Foll, Ministre de l’Agriculture sait qu’il va devoir séduire les paysans :

Les grands fabricants de produits phytosanitaires comment Monsanto s’y mettent aussi. Il y a quelques mois en décembre le géant a signé une alliance avec le danois Novozymes. Bayer, BASF eux aussi glissent un pied dans la porte. Et ils le glissent d’autant plus qu’en France le projet de loi d’avenir agricole qui vient d’être adopté au Sénat encourage largement le biocontrôle et freine le recours aux produits chimiques.

Il n’y aura aucune restriction en matière de publicité pour les produits de bio contrôle contrairement à ce qui se passe pour les phytosanitaires par exemple.

Les produits pourront également être mis sur le marché plus rapidement. La prochaine étape sera une fiscalité verte c’est en tous cas ce que prône Stéphane Le Foll.

Si vous croisez un papillon désorienté dans les prochaines semaines vous saurez ce qui lui arrive.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.