Ce matin on parle d’un objet familier, indispensable, qui est pourtant notre ennemi. Cet objet, ce compagnon fidèle, souvent assez moche mais parfois sur roulettes, c’est la chaise de bureau...

Le bureau
Le bureau ©

"Travailleurs de tous les pays, levez-vous!" Voilà ce que disent en substance les spécialistes. Aux Etats-Unis, un médecin s’est lancé dans une croisade contre la chaise .James Levine a publié un livre intitulé « Get up ! », debout. Il explique que nos chaises pourraient bien nous tuer. Le travail sédentaire est responsable de douleurs au dos, dégénérescences musculaire, maladies cardiaques, diabète, cancer du côlon, et j’en passe. Peu importe que vous fassiez du sport après le travail, une journée entière passée assis au bureau, c’est mauvais pour la santé parce que votre sang circule mal, notamment.

Quelles sont les solutions?

Certains suggèrent d’organiser des réunions en marchant. A la maison de la radio, on pourrait faire des réunions qui tournent en rond! Enfin des réunions constructives, bien sûr, mais pendant lesquelles on fait tout le tour de la maison ronde.

Autre solution : travailler debout, devant son écran. De plus en plus fabricants proposent des bureaux à hauteur réglable, qui peuvent être relevés pour travailler debout. Même le géant suédois du meuble s’y est mis, preuve que c’est une lame de fond.

Il existe aussi des bureaux « actifs », qui sont associés à un tapis roulant: on travaille donc en marchant! Le bureau est en position haute, on règle le tapis roulant à une vitesse raisonnable et on peut travailler, téléphoner, lire ses mails, en marchant, devant son ordinateur.

Et pas seulement pour des raisons de santé: des chercheurs canadiens ont montré que cela avait un impact sur le niveau d’attention.

Autant vous y faire: la fin des chaises est proche! Encore une preuve, que j’ai découverte grâce au magazine Usbek et Rica: une entreprise basée à Amsterdam a inventé un espace de travail collectif sans aucune chaise. Les photos sont assez spectaculaires : les fauteuils et les bureaux ont été supprimés au profit de surfaces en pente et de structures angulaires sur lesquelles les salariés peuvent s’appuyer pour travailler, ou même s’allonger, se vautrer, selon leurs envies. L’open space du futur se fera sans chaise. Mais encore faut-il que les salariés soient d’accord pour s’en passer! J’ai donc fait une enquête auprès d’un échantillon très représentatif, scientifiquement irréprochable: mes amis et mes collègues de bureau! La conclusion, c’est qu’on devrait plutôt l’appeler la chaise de bourreau , tellement tout le monde la déteste. « C’est une torture pour le dos et un nid à cellulite », m’a dit une collègue. « C’est l’objet symbolique de la contrainte au bureau », selon un autre. On m’a fait remarquer aussi que c’était un marqueur de la hiérarchie dans l’entreprise : de la chaise pliante au fauteuil de ministre, on n’est pas tous logé à la même enseigne. J’ai tout de même trouvé un joyeux drille pour me dire que la chaise, qu’elle soit toupie, à roulette ou à piston est une source d’amusement et de réalisation personnelle au bureau.

En France aussi, le travail debout commence a ses adeptes. Un programmeur informatique a même inventé un bureau nomade: il transporte devant llui une sorte de table accrochée à ses épaules sur laquelle il pose son ordinateur et une carriole pour trimballer un panneau solaire et fournir de l’électricité. Benoit Pereira peut ainsi travailler en marchant dehors et non pas sur un tapis. Il peut ainsi calculer son chiffre d’affaire par kilomètre parcouru! Depuis qu’il travaille en marchant, il a aussi perdu 20 kilos.

Travailler sans chaise, c’est peut-être le bon moment pour y réfléchir, à cette période de l’année, alors que beaucoup s’apprêtent à troquer leur bureau contre la table d’un repas de famille. Et donc à rester, encore et toujours, assis!

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.