Alors que Gérard Depardieu défend à Cannes le sulfureux « Welcome to New York » de Ferrara, une autre actualité le concernant est passée inaperçue: après avoir élu domicile à Nechin il y a deux ans, l’acteur aurait créé tout récemment en Belgique une structure qui regroupe ses biens.

Gérard Depardieu (site Château de Tigne)
Gérard Depardieu (site Château de Tigne) © Radio France

Imaginez-vous êtes châtelain : vous possédez des vignes, plus exactement des vignes dans le Maine et Loire, à Tigné, entre Angers et Saumur. Vous produisez un pinot noir, un Anjou rouge, vous produisez même un Chardonnay que vous avez baptisé « l’Insoumis ». Le vin est votre passion. Vous vous appelez Gérard Depardieu :

Pas de doute: le domaine que Gérard Depardieu veut vous inviter à visiter appartient bien au patrimoine français. Mais sa structure fiscale serait désormais installée en Belgique. Les biens de l’acteur ne seraient donc pas taxables en France et pas pris en compte dans le calcul de l’ISF.

Ecoutez les explications de l’avocat fiscaliste Jérôme Baré, du cabinet d’avocats Franklin :

Comment être sûr que cette structure belge n’est pas une coquille vide? Si Gérard Depardieu n’y mettait jamais les pieds, s’il n’y prenait pas là de réelles décisions, alors l’administration fiscale belge pourrait se demander si cette structure n’est pas fictive. Si elle peut prouver que le vrai siège de direction se trouve en France, alors l’acteur serait taxable en France.

Il faut que la star prouve qu’elle passe du temps en Belgique. Comme les Américains, les Belges demandent une présence de 183 jours par an sur leur territoire. Mais ce n’est pas, comme aux Etats-Unis, une condition première.

Ce que les Belges demandent avant tout, c’est que leur pays soit un foyer permanent d’habitation et qu’il constitue un centre d’intérêt vital. La personne qui y installe le siège de son entreprise doit y entretenir des liens amicaux et familiaux, et en faire la preuve. Les restructurations à buts uniquement financiers passent très mal à Bruxelles, et les agents du Trésor prennent langue très facilement avec leurs homologues français, quelque fois, même, devant un petit verre.__

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.