Pôle Emploi a dévoilé hier une enquête, selon laquelle il pourrait y avoir 290 000 embauches cette année en Île-de-France. Mais ce que cette enquête ne dit pas , c’est que la plupart des entreprises ne passeront sans doute pas par Pôle Emploi pour embaucher. Car de nombreuses entreprises aident déjà les chômeurs à trouver du travail et l’une d’entre elle a même mis un pied à l’étranger.

qapa.fr
qapa.fr © Radio France

Exemple avec Qapa.fr. : je vous en avais parlé il y a presque deux ans, à ses débuts. Son originalité: un logiciel astucieux, à base de ce qu’on appelle le « matching ». Qapa, en somme, c’est le Meetic de la recherche d’emploi: vous rentrez vos compétences dans un ordinateur, le recruteur liste ses attentes de son côté, l’ordinateur mouline, vous sort la liste des candidats idéaux, et à chacun -recruteur et demandeur- de jouer.

Résultat : Qapa séduit de plus en plus de monde.

Aujourd’hui, Qapa, c’est quatre millions de visites par mois (selon les chiffres fournis par Google analytics) : 296 000 offres à pourvoir leur site ce matin, 200 000 demandeurs d’emploi s’y inscrivent chaque mois et 40 000 recruteurs, essentiellement issus des très petites et moyennes entreprises.

Du coup, Qapa.fr compte désormais 20 salariés et s’étend en Angleterre, à Londres. Et elle compte également se développer en Allemagne très prochainement.

En effet, Qapa est la seule à développer le « matching » en Europe. Elle n’avait jusqu’ici qu’un seul concurrent, aux États-Unis, qui s’appelait : Bright. Un site racheté il y a à peine deux mois par Linkedin pour 120 millions de dollars, ce qui donne une petite idée de l’affaire.

En France, Qapa marche sur les plates-bandes de Pôle Emploi de manière totalement assumée et même, pourrait-on dire, insolente !

Récemment, Qapa s’est même fendue d’une carte de France : en reprenant chaque région, le site vous explique comment le chômage y baisserait grâce au système de matching.

Exemple: en Île-de-France, on compte plus de 900 000 chômeurs. Or Qapa.fr dispose de 125 000 offres d’emploi.

Pour peu que le demandeur soit bien aiguillé, selon Qapa, on ferait baisser le chômage de 13% en région parisienne.

En France, il y a un vrai problème sur la circulation de l’information, conclut la patronne de Qapa.fr, Stéphanie Delestre, sans tout à fait le déplorer.

En février dernier, il y avait en France métropolitaine 5,262 millions de demandeurs d’emploi, soit 10% de la population active.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.