La France compte 400 000 ressortissants britanniques selon les chiffres du Quai d’Orsay. Que se passerait-il pour eux en cas de Brexit ?

Ils n’en ont strictement aucune idée. D’où une certaine anxiété en ce moment dans la communauté britannique de l’Hexagone.

Il faut dire que les angoisser, ces anglais installés en France, a fait partie intégrante de la campagne Outre-Manche. Car pour le gouvernement ces expatriés apeurés, sont évidemment des recrues idéales contre le Brexit. Le journal Le Telegraph s’est fait le réceptacle de leurs inquiétudes .

  • Premier risque pour eux : ne plus avoir accès à la sécurité sociale française qui prend en charge leurs frais de santé.

Il y a beaucoup de retraités parmi les Anglais installés en France et ce changement aurait un impact sérieux sur leur niveau de vie.

  • Deuxième risque en cas de sortie de l’Union : leur droit à travailler en France. Leur demanderait-on un visa de travail? Et qu’en serait-il de leur liberté de circuler?

Aujourd’hui vous pouvez séjourner plusieurs mois dans un pays européen, puis passer dans un autre sans qu’on vous demande de comptes. Cette liberté utile pour commercer, pourrait être compromise.

Enfin pour ce qui est des achats de résidences, notamment secondaires, on pourrait imaginer des conditions plus strictes et ou des taxes et des impôts supplémentaires.

Mais vous l’aurez compris pour l’instant c’est le flou le plus total. Pourtant, les Britanniques peuvent s’appuyer sur d’autres exemples de pays qui ont pris du champ avec l’Union.

Vous pensez à la Norvège, qui paye en couronne et qui par deux fois a refusé d’intégrer l’Union Européenne. La Norvège a bien sûr servi de modèle, mais aussi de contre exemple tout au long de la campagne pro et anti Brexit. A tel point que finalement, il est devenu difficile de trouver un économiste audible sur le sujet… et que certains en ont profité pour tourner ce modèle ou ce contre modèle en dérision. A force d’arguments et de contre arguments difficile pour chaque camp de savoir vraiment ce qui est bon pour lui

En réalité, rien n’est décidé. Les conditions de vie des expatriés en France seront négociées à l’issue du vote. En sachant que ce sera donnant donnant.

Si la France complique la sécurité sociale pour les Anglais dans l’Hexagone. Les Britanniques seront eux aussi tentés par des mesures de rétorsion pour les Français en Grande Bretagne. Et personne n’y a vraiment intérêt.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.