Je vous sens un peu jaloux de ce Bernard Arnault dont on parle tant, sous prétexte qu’il a inauguré un petit musée, à Paris (la fondation Louis Vuitton sera d’ailleurs ouverte au public lundi prochain). Vous auriez envie, vous aussi, qu’on chante partout vos louanges, qu’on félicite le mécène que vous êtes. Mais vous n’avez pas le salaire du patron de LVMH, alors comment faire ? Le mécénat populaire est votre salut. Il pourrait peut-être un jour détrôner le mécénat d’entreprise.

En 1985, le New York Times titrait : « le monde de l’art glisse subtilement vers le mécénat d’entreprise.» Aujourd’hui, ce glissement subtil est devenu une lame de fond : pratiquement aucun musée ne peut se passer du soutien des entreprises privées.

Mais cela suscite régulièrement des polémiques, comme à la Tate Gallery à Londres : le musée est sponsorisé par le pétrolier BP. Résultat : les militants de « Liberate Tate » se font remarquer en étalant du pétrole sur le sol du musée, ça fait un peu désordre.

Pour éviter les controverses, pour éviter d’avoir à choisir entre les entreprises "recommandables" et les autres, certains préfèrent s’adresser directement au grand public. C’est ainsi qu’aujourd’hui même, l’église d’Oradour-sur-Glane, en Haute Vienne, lance un appel aux souscriptions pour restaurer l'église. Oradour, c’est le village martyr de la seconde guerre mondiale. Les particuliers peuvent participer dès aujourd'hui sur le site de la Fondation du Patrimoine. C’est simple comme un clic... et c’est défiscalisé.

L’un des précurseurs du mécénat populaire en France est le musée du Louvre

Pyramide du Louvre
Pyramide du Louvre © CC Jean-François Gornet

L’opération « tous mécènes » a été lancée en 2010. Il y a 15 jours, le Louvre a lancé une nouvelle opération à destination du grand public pour se payer... une table. Son prix : 12 millions et demi d’euros, il manque 1 million pour la payer. La "table de la paix" est un chef d’œuvre d’orfèvrerie du XVIIIème, serti de pierres précieuses. Le Louvre a déjà "recruté" plus de 1.000 donneurs. Les dons démarrent à 20 euros, rendez-vous sur www.tousmecenes.fr

Sur ce site internet, au moment de payer, on vous suggère de le faire savoir à vos proches, via les réseaux sociaux

Parce que l’appel au mécénat, c’est aussi une manière de communiquer. Prenez le musée de l’Oise, à Beauvais. Il rouvre ses portes en janvier prochain après des travaux. Présenté comme cela, ce n’est pas une info pas très « sexy », comme disent les journalistes. Il fallait trouver une plus belle histoire à raconter. Alors le musée de l'Oise a lancé un grand appel au public pour payer la restauration d’un tableau : une toile très spectaculaire, de 45 mètres carrés, signée Thomas Couture.

Le conseil général et le ministère de la culture ont payé la plus grosse partie, mais il manque 10.000 euros. Cela peut sembler pas grand-chose, quand on parle de restauration d’art, et pourtant le musée fait appel aux particuliers: « Aidez-nous à restaurer ce tableau majeur ! ». C’est une façon plutôt astucieuse de faire parler de soi.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.