Nous arrivons doucement à la fin du mois d’août et c’est l’heure des bilans : qui est parti en vacances ? Pour combien de temps ? A ux Etats-Unis -c’est inédit- depuis 40 ans, les cadres Américains n’ont jamais fait pris aussi peu de vacances estivales.

Une semaine ou deux de congés, nous dit Cliff Richards. Et il a tout bon, le chanteur: aux Etats-Unis, les vacances, c’est 16 jours. En moyenne bien sûr, mais je ne vous parle pas de l’été. C'est 16 jours sur TOUTE l’année.

Etude réalisée par le New York Times et confirmée par Time Off , un lobby de l’industrie du tourisme.

De moins en moins de vacances, donc. Et oui, car il y a 15 ans, les Américains s’autorisaient 4 jours de plus, 20 jours au total.

Les Américains ont-ils perdu des congés payés?

Non. Ce que révèle le questionnaire du journal, c’est que les Américains ne prennent pas TOUS leurs congés payés.

Peur de perdre leur travail quand ils ont le dos tourné vers l’Océan et les châteaux de sable.

Mais aussi grande tendance des cadres workaholic, ces drogués du travail, à garder un rythme soutenu.

En somme c’est le contraire des cadres français.

Dans l’Hexagone, ils sont 48% cette année en 2015 à s’arrêter 3 semaines de suite ; 29% à prendre 2 semaines, selon une étude réalisée par le site « Courrier cadres ».

En France, et là c’est l’Observatoire des Inégalités qui le rappelle, 80% des cadres partent en congés. Chez les ouvriers, on tombe à 50%.

Autre chiffre assez parlant: de toutes les catégories socio-professionnelles, les cadres sup sont les plus nombreux à partir, en séquences régulières, tout au long de l’année: ski l’hiver, pause à Pâques et plage l’été...

Des cadres utilisent leur smartphones
Des cadres utilisent leur smartphones © corbis

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, en ce qui concerne les cadres, les Américains ne sont pas tous cuits de fatigue . De plus en plus de dirigeants de très grandes entreprises ont en réalité renoncé à des vacances qui n’en sont pas, à vérifier leurs mails plusieurs fois par jour, ou à faire sonner leur réveil à 4 heures du matin pour joindre la succursale à l’autre bout de la planète.

En fait, beaucoup adoptent une hygiène quotidienne du détachement: ça passe par un nouvel équilibre privé, ou par le yoga, par exemple, qui a explosé.

D’ailleurs, le MEDEF, en France, commence à s’inspirer des Américains : à la fin de la semaine, lors de ses Universités d’été, il y aura un stage de yoga du rire.

Mais j’en ai repéré une autre forme aux Etats-Unis qui pourrait tous nous convenir ici: le yoga bière. Il s’agit de séances de yoga dans des bars qui proposent ensuite une bière gratuite.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.