Les promotions au hasard sont excellentes pour la performance de l'entreprise. C'est le résultat des recherches de trois physiciens italiens férus de statistique.

Un conseil pour tous les chefs d’entreprise qui nous écoutent;;.
Un conseil pour tous les chefs d’entreprise qui nous écoutent;;. © Maxppp / Frédéric Cirou/AltoPress

Par Dorothée Barba.

J'ai un message pour tous les chefs d'entreprise. Mais aussi pour les cadres et les DRH. Pour tous ceux qui sont concernés par la promotion des salariés au sein de l’entreprise : laissez faire le hasard ! Oubliez la promotion au mérite. Faites ça au pif et tout ira mieux !

Je viens de lire un livre écrit par deux physiciennes, Madeleine Veyssié et Aleksandra Kroh : Le Top 14 des découvertes scientifiques qui n’ont servi à rien (encore que ça reste à démontrer). Ouvrage passionnant qui pratique l’humour scientifique avec brio. Les deux auteures se penchent sur les prix IgNobels, qui sont remis chaque année aux États-Unis : une sorte d’anti prix Nobel qui récompense les recherches scientifiques les plus loufoques.

En 2006, par exemple, l’inventeur d’une méthode pour arrêter le hoquet par massage rectal fut primé, ainsi qu’un ornithologue qui était parvenu à prouver que les piverts n’ont pas mal à la tête après avoir tapé sur un tronc d’arbre des milliers de fois avec leur bec. Vous l’aurez compris : on rigole, on se moque gentiment mais les recherches, elles, sont très sérieuses. Eh bien en 2010, un prix IgNobel a été remis à trois physiciens italiens, dont je tiens à citer les noms car ils le méritent : Alessandro Pluchino, Andrea Rapisarda et Cesare Garofalo.

Trois spécialistes de physique statistique qui ont revisité le principe de Peter. Ce principe célèbre qui explique pourquoi les chefs sont parfois incompétents. Un principe pour le coup pas très rigoureux sur le plan scientifique, mais c’est assumé. Laurence Peter, en 1969, énonçait cette règle : _« Dans une hiérarchie, chacun s’élève jusqu'à son niveau d’incompétence et alors il y reste définitivement ». _Pour le dire simplement, il est rare de redescendre au poste d’en dessous après une promotion, même si on est nul comme chef. Résultat, une bonne partie des chefs sont incompétents. Encore une fois, le principe de Peter est plus une satire qu’une démonstration, mais il peut être rassurant d’y penser quand votre supérieur hiérarchique vous casse les pieds.

Nos trois physiciens italiens ont utilisé une approche statistique pour le vérifier. La conclusion est sans appel : la promotion au mérite aboutit à des catastrophes. La promotion au hasard améliore les performances de l’entreprise. Mieux vaut opter pour le tirage au sort :

Au premier abord, cette idée de loterie comme la meilleure méthode de garantir la bonne marche de l’entreprise parait choquante, sinon comique. Et pourtant, on ne devrait pas s’en étonner : à la différence du monde matériel, où les lois physiques et mathématiques permettent de calculer les événements présents ou à venir avec précision, les comportements humains ne se laissent pas si facilement programmer ni deviner.

Ce sera donc ma devise : avec le hasard comme boussole, on obtient de meilleurs résultats.

Le top 14 des découvertes scientifiques qui n’ont servi à rien (encore que ça reste à démontrer), de Madeleine Veyssié et Aleksandra Kroh est publié chez Flammarion.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.