Au sujet de cette polémique lancée aux Etats-Unis par cette annonce de Barack Obama la semaine dernière : il veut régulariser 5 millions d’immigrés clandestins et cela ne reviendrait peut-être pas si cher à la société américaine.

Le plus célèbre shérif des Etats-Unis, Joe Arpaio, du comté du Maricopa, à la frontière avec le Mexique, a dégainé le premier. Avec ses lunettes, ses cheveux gris et sa bedaine imposante, il a fait la tournée des télévisions la semaine dernière pour expliquer pourquoi il vient de lancer une procédure en justice contre ce qu’il appelle « l’obamnestie » :

La camionette du shérif Joe Arpaio
La camionette du shérif Joe Arpaio © RF/ Loïc duros

“C’est la porte ouverte à tous les clandestins de Mexico et d’Amérique centrale, ils vont penser qu’ils ont un billet gratuit pour venir dans notre pays … » dit-il, suivi par les gouverneurs du Texas, et du Wiconsin qui s’apprêtent à en faire autant.

L’argument est le suivant: les clandestins coûtent cher à la société américaine, ils profitent des services publics et nuisent à la sécurité générale.

Mais deux rapports extrêmement sérieux mettent à bas cet argumentaire.

De quoi faire ranger son colt au shérif. Le premier émane du CBO, le Congressionnal Budget Office, la commission des finances du Congrès. Le second de l’ITEP, l’Institute on Taxation and Economic Policy, un Institut qui informe le citoyen américain de l’efficacité des impôts qu’il paie. Et bien les conclusions du chercheur Matt Gardner vont exactement à l’inverse.

Selon l’ITEP, cette régularisation massive d’immigrés clandestins va faire rentrer plus d’1,6 milliard d’euros dans les caisses des Etats américains.

D’abord, dit-il, il faut avoir à l’esprit que les clandestins paient déjà des taxes: 8,5 milliards d’euros chaque année sur leurs bien de consommation courante, mais aussi, d’une manière ou d’une autre, sur leur logement. Maintenant, si vous légalisez 5 millions de clandestins, vous rendez tout à coup visible une main d’œuvre fantôme, tous ces travailleurs jusqu’ici non déclarés vont faire rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat.

La Grande-Bretagne a d’ailleurs récemment procédé au même genre d’étude pour arriver aux mêmes conclusions (je vous en avais parlé) analysant que l’effet de l’immigration était même enrichissant pour la nation sur plusieurs générations.

Pas sûr que l’on voie Joe Arpaio aller boire un whisky au saloon avec un Mexicain de sitôt pour autant...

La camionette du shérif Joe Arpaio
La camionette du shérif Joe Arpaio © RF/ Loïc duros
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.