Pour bien démarrer cette nouvelle saison, on parle du marché de la séduction avec un site qui vient de se lancer en France: whatsyour price.com .

Whatsyourprice.com
Whatsyourprice.com © whatsyourprice.com

Pour bien comprendre le principe du site, je vais vous poser une question indiscrète: combien êtes-vous prêt à mettre pour dîner avec une jolie femme ? Sachez que sur ce site whatsyour price.com , littéralement « quel est votre prix ? », votre valeur sur le marché de la séduction monte ou descend en fonction de votre succès auprès des internautes.

Vous créez votre profil, avec une photo et vous attendez les offres. Il y a deux deux catégories de personnes:

  • les séduisants, ceux qu’on va chercher à inviter à dîner (les femmes la plupart du temps) ;

  • de l’autre côté, vous avez les généreux, ceux qui doivent payer pour séduire (évidemment, les hommes).

Combien cela coûte? Entre 5 et 100 euros, avec une moyenne à 97 euros. Si vous mettez plus que le concurrent pour obtenir le rendez-vous, c’est vous qui l’emportez, comme chez Drouot!

Et ça marche ! En tous cas si l’on en croit le site : 800 000 adhérents revendiqués à travers le monde . Il s’installe en Europe : en Grande-Bretagne, en Allemagne… D’ailleurs, en France, whatsyour price.com vient tout juste d’être lancé et compte déjà 7500 inscrits. Toujours avec ce même slogan très élégant: « vous mettez le prix, vous aurez la femme ».

Comment être sûr de la moralité de ce genre de site ? C’est une vraie question, d’autant plus que le site n’hésite pas à appâter ses candidats à la séduction avec l’argument suivant: un adulte sur 4 est âgé de moins de 25 ans… généralement au chômage, donc en gros, un repas gratuit, c’est toujours ça de pris. De l’autre côté, de la chair fraîche prête à se vendre pour un repas. C’est attractif.

Et c’est vrai que quand vous allez sur le site, les jeunes femmes n’hésitent pas à faire valoir leurs atouts pour faire monter les enchères. Cela fait penser à un autre site comme ça, dont je vous avais parlé la saison dernière: les sugardaddys, qui encourageait des hommes à financer les études de très jeunes femmes. Et bien il est poursuivi pour incitation à la prostitution.

Donc même si le site se dégage de toute responsabilité après le premier rendez-vous, oui la question de la moralité se pose.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.