C’est la 3e semaine de commercialisation pour le livre de Valérie Trierweiler : « Merci pour ce moment » et les ventes ne s’essoufflent pas et battent même le record de ventes de « 50 Nuances de Grey »…Les confessions de l’ex-première dame sont devenues un cas d’édition…Merci pour ce moment prononcé dans toutes les langues.Les droits, déjà acheté aux Etats-Unis par la maison d’édition New Yorkaise Regan arts. Merci pour ce moment devenu l’antiphrase préférée dans nos conversations de tous les jours.Mais surtout : toujours en tête des ventes. « Merci pour ce moment » c’est du sérieux.L’éditeur m’a dévoilé les derniers chiffres de vente hier tout chauds sortis de l’institut GFK, qui mesure les sorties de caisse.442 657 exemplaires vendus…4e vague de réimpression depuis sa réimpression.« Ce n’est donc pas un feu de paille, on est devant un événement éditorial » me disait hier Laurence Corona à la communication de la maison d’édition les Arènes. Laurence Corona qui chaque jour reçoit des brouettes entières de livres…620 000 exemplaires imprimés…et bientôt écoulés.Pourtant… un certain nombre de libraires indépendants… avaient fait part de leur réticence à vendre la vie intime du Président…Oui, c’est même devenu un mouvement auto-baptisé« NON MERCI POUR CE MOMENT »… Certains, décriant ce genre de littérature, ont affiché ces petits mots sur les vitrines « Nous n’avons pas le livre de Valérie T mais nous avons du Maupassant et du Balzac… »Il y a 15 jours leur emblème était devenu un libraire de Lorient, qui avait tweeté une photo : « je n’ai pas le livre » écrit sur sa devanture. En fait ce n’était pas une rébellion il ne s’était juste pas fait livrer. En réalité on compterait au total 7 librairies en France qui refusent pour le principe de vendre l’ouvrage.Et ca illustre de nouvelles pratiques des éditeurs et des lecteurs …A ce jour, ce livre aurait rapporté 2 millions 800 000 euros à l’éditeur des Arènes. 1 million 300 000 euros à son auteur. Ce qui va permettre de compenser les pertes générées par les livres qui se vendent moins bien. Mais cela ne veut pas dire que le consommateur qui achète du Trierweiler n’achètera pas du Balzac ou un auteur contemporain. En fait l’ouvrage a créé son propre marché…Et les éditeurs continuent d’éditer souvent des livres tous azimuts, à perte,…mais toujours en espérant tirer le gros lot.Mais la vraie leçon de ce phénomène Trierweiler se situe du côté des lecteurs: 14 875 l’ont téléchargé en numérique…après la première rupture de stock, il s’est retrouvé en PDF sur internet. Record absolu de téléchargement illégal. Une autre leçon à prendre en compte pour le monde de l’édition. Ça aussi c’est du sérieux.

valérie trierweiler écrit un livre sur françois hollande
valérie trierweiler écrit un livre sur françois hollande © reuters
L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.