Par Marion L'Hour

Les déclarations de revenu arrivent en ce moment et on commence donc la semaine avec un sujet qui fâche: les hausses impôts !

les hausses d’impôts à un seuil “fatidique” en france, selon olli rehn
les hausses d’impôts à un seuil “fatidique” en france, selon olli rehn © reuters

Désolée de vous plomber le moral pour cette toute première chronique, un lundi, dès le matin. Mais ne faites pas semblant, je le sais, sous votre bronzage éclatant, vous ne les avez pas oubliées : les impôts !

L'avis d'imposition est sur le bureau du fisc, dans le sac du facteur ; il vous attend parfois déjà sous une pile de cartes postales, là, dans votre boite à lettres, tapi. Enfin, pardon, Tapie, c'est un peu le mot à ne pas prononcer, vu ce qu'il a coûté déjà au contribuable français.

Revenons à nos doublons.Si vous faites partie de la moitié des Français qui paie effectivement des impôts sur le revenu, vous allez pour certains le constater : l'addition grimpe. Le barème de l'impôt sur le revenu est gelé. Cela veut dire qu'il n'augmente pas avec l'inflation et donc si vos revenus sont supérieurs à 12 000 euros par part, la note va augmenter : 2% de plus en moyenne.

Le bénéfice du quotient familial est aussi diminué. Et si vos revenus dépassent -quelle chance! - les 150 000 euros, vous tombez dans une nouvelle tranche d'imposition à 45%.

- Et cela ne va pas s'arranger l'année prochaine

Pas du tout. Le plus dur pour votre porte monnaie est à venir, en fait. Dès le 1er janvier, la taxe sur la valeur ajoutée va grimper. Le taux le plus bas baisse un peu, mais le principal et l'intermédiaire, eux, augmentent de 19,6 à 20% et de 7 à 10%.

Faire des travaux, diner au restaurant, acheter un logement neuf, tout ça va vous couter plus cher.

Pour payer nos retraites, la CSG pourrait aussi s'alourdir. En clair ça veut dire que votre salaire net va baisser.

Et puis pour pimenter un peu notre rentrée, le gouvernement devrait nous dire en septembre où il trouve les 6 milliards qui manquent au budget. Cela veut dire, sans doute, impôts nouveaux ; peut-être un gel prolongé du barème et une nouvelle taxe écologique.

- Pas moyen d'échapper aux hausses d'impôts, alors ?

Si si ! Mais pas de faux espoir quand même, il n'y a pas de baguette magique. Juste cet article L247 du code des procédures fiscales. Cela semble technique, mais c'est lui en fait qui vous permet de faire des recours grâcieux. Cela ne concerne que certains cas bien précis. Mais c'est bon à savoir !

L'article dit que le recours est possible par suite de gêne ou d'indigence. En clair, si vous tombez malade, si vous avez perdu votre emploi depuis l'année dernière, si vous êtes surendettés. Attention, il faut un justificatif, m'expliquait il y a peu un agent des impôts.

Les recours ça ne marche pas si la raison est que vous voulez garder votre rolls et vos diners chics tout en payant les traites de votre résidence secondaire. Bon évidemment, il y a toutes sortes d'autres solutions pour alléger la facture. Les conseillers en patrimoine et les avocats fiscalistes les connaissent par coeur. Cela s'appelle l'optimisation fiscale.

C'est à vos risques et périls quand même. Parce qu'entre optimisation et évasion il n'y a qu'un pas.

Et la confusion peut coûter cher, au propre, comme au figuré !

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.