« Valeur ajoutée » : deux mots qui reviennent souvent dans la bouche des chefs d’entreprise et des politiques. Mais sait-on précisément ce que ça signifie ?

Je sors mon lexique des termes économiques. __

Valeur ajoutée : valeur nouvelle créée au cours du processus de production.

un réseau de faux papiers pour immigrés démantelé
un réseau de faux papiers pour immigrés démantelé © reuters

Si vous dirigez une entreprise de fabrication de papillotes, vous calculerez la valeur ajoutée en faisant la différence entre le chiffre d’affaire (ce que vous gagnez) et toutes les dépenses faites en amont : salaires des employés, prix des matières premières (chocolat, papier d’emballage) mais aussi le prix des brevets que vous avez déposés, par exemple. Bref, c’est ce que vous gagnez MOINS ce que ça vous a coûté. La valeur ajoutée désigne donc le supplément de valeur qu'une entreprise est capable d'apporter.

Et c’est avec cette expression que la Cimade récolte des signatures.

La Cimade est une association qui se bat pour les droits des migrants et des réfugiés. Quel rapport ? Eh bien elle a publié un manifeste, autour de cette idée : « En France, l’étranger n’est ni un problème ni une menace, c’est une valeur ajoutée. »

La Cimade a déjà récolté près de 28.000 signatures sur Internet. 28.000 personnes qui disent leur soutien à « cet autre eux-mêmes » qu'est l’étranger. Dans une société française fragmentée par les injustices et les inégalités, l’étranger ne doit pas être un bouc émissaire, lit-on encore dans ce manifeste.

Voilà qui résonne avec l’actualité en Allemagne, où un grand patron a haussé le ton cette semaine : il estime que son pays doit accueillir plus de réfugiés . Alors que le pays connait une vague de xénophobie (avec des manifestations anti-islam tous les lundis à Dresde), Ulrich Grillo, le président de la Fédération allemande de l'industrie qui rassemble plus de cent mille entreprises, s’en prend, je cite, « à toutes les formes de xénophobie ». Et le patron des patrons allemands avance des arguments démographiques, économiques, autrement dit dépassionnés. « Nous sommes depuis longtemps un pays d’immigration et nous devons le rester, dit-il. En raison de notre évolution démographique, nous assurons de la croissance et de la prospérité grâce à l’immigration. »

La Cimade, de son côté, a reçu le soutien de personnalités comme Jean-Louis Trintignant ou Zebda pour cette campagne « valeur ajoutée » et en cette période de fêtes, pour ma part, c’est une expression qui me parle !

Non pas pour sa définition économique. Mais parce que dans ma famille, c’est comme ça qu’on appelle… les pièces rapportées ! Le beau-frère, la belle-sœur : on les appelle les « valeurs ajoutées ». Avouez que c’est plus joli que « pièce rapportée ». Et surtout, ça signifie que ce qui vient de l’extérieur est une richesse.

__

Extrait du film "Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu", sorti en avril 2014, avec Christian Clavier et Chantal Lauby :

23 sec

Le cinq sept 2013 - SON Eco du Matin RVB

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.