à la rochelle, arnaud montebourg défend son bilan "made in france" à bercy
à la rochelle, arnaud montebourg défend son bilan "made in france" à bercy © reuters

Chronique en marinière ce matin, en hommage à un « personnage balzacien, ambitieux, narcissique, qui a besoin d’être admiré pour exister ». Arnaud Montebourg fait l’objet d’un livre qui sort aujourd’hui. Le Vicomte , enquête signée Maud Guillaumin, où l'on apprend que « le coq bressan » écarté du pouvoir, n’a pas perdu de vue son objectif : la conquête de l’Elysée. Mais si je vous parle de l’ancien ministre du Redressement productif ce matin, c’est parce que sa marotte est de retour.

Le “made in France”, c’est en effet l’une des nombreuses mesures contenues dans la loi Macron : un amendement porté par le député centriste Yves Jégo stipule que le drapeau français sera interdit sur les emballages des produits qui ne bénéficient pas d’une garantie d’origine française. Un simple petit drapeau « bleu blanc rouge » pourra être considéré comme une pratique commerciale trompeuse.

Pourtant, un chef d’entreprisefrançais qui fabrique des couteaux en France est furieux contre cet amendement. Thierry Moysset est le patron des « forges de Laguiole ». Il dénonce un gadget marketing :

La loi Macron « fait chabrot », selon le dirigeant des Forges de Laguiole.

Pour lui, on ferait mieux de se concentrer sur les origines régionales : exiger qu’un savon de Marseille soit fabriqué à Marseille, la porcelaine de Limoges à Limoges, et les couteaux Laguiole, à Laguiole. Parce qu’il est en concurrence avec des couteaux Laguiole fabriqués à Thiers, qui sont eux aussi « made in France ».

Surtout, derrière cette disposition de la loi Macron, beaucoup dénoncent une manière de faire payer le drapeau tricolore. Car pour les produits non alimentaires, qui ne bénéficient pas d’une appellation d’origine, il faudra obtenir le label « origine France garantie ». Et ce label est payant.

Extrait de la chanson "La France" de Camille :

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.