les français préfèrent leur pays et la mer pour les vacances
les français préfèrent leur pays et la mer pour les vacances © reuters

Ala fin de la semaine prochaine, le 4 juillet au soir, ce sera l’heure des vacances scolaires. Et pour la première fois depuis les années 70, les Français n’ont jamais été aussi peu nombreux à partir.

Eric, Charline, vous les avez bien méritées, je vous emmène en vacances. On va à la mer. Et puis on reste en France. Mais je vous préviens, on ne dort pas à l’hôtel, on va chez ma tante. Pas de restau, on fera les courses au supermarché. Et pas de sortie, parce qu’on ne sait pas très bien à quoi va ressembler notre salaire au mois de septembre.

Vous me trouvez trop un économe ? Sachez que je ne suis pas la seule dans cette situation.

Selon une étude réalisée par Coach Omnium, 28% des Français qui partiront cette année le feront à moindre frais. La moitié veut économiser sur son hébergement ; 43% sur le transport ; 26% ont décidé d’écourter leur séjour et 23% vont éviter les loisirs payants.

Mais le plus frappant, c’est le restaurant : 80% des vacanciers qui partent en France limiteront ou supprimeront l’escapade culinaire et même la brasserie qui dépanne.

Et encore, c’est pour ceux qui auront le loisir de partir. Car comme vous le disiez, depuis les années 70, jamais les Français n’ont été aussi peu nombreux à partir. La France était pourtant la championne européenne des vacances d’été : en 2012 c’était même le pays qui partait le plus.

70% d’intention de départ, recensait il y a 2 ans l’institut IPSOS. Ce taux a chuté à 58%, soit 12 points de moins.

Fabienne Simon a réalisé le baromètre des vacances pour IPSOS avec Europe Assistance en 2014 :

Quels que soient les instituts de sondage, tous constatent une augmentation des inégalités entre ceux qui partent et ceux qui ne partent pas. Cette fois, c’est l’institut CSA qui le note : 86% des cadres et professions libérales s’offrent des vacances. Chez les ouvriers, on tombe à 52%. Même disparité entre les franciliens et les provinciaux. Des inégalités confirmées par IPSOS, qui les relève aussi entre générations et entre genres : les retraités partent moins que les actifs, et les femmes partent moins que les hommes.

Enrevanche, ceux qui partent vont, en général, dépenser plus. Les vacances sont progressivement en train de devenir un sport de riches. Le budget vacances a augmenté de 8,7% l’an dernier. Sans compter qu’en Europe, les différences s’accroissent entre pays du Nord et pays du Sud. Le nombre d’Allemands à partir augmente, les champions des vacances sont devenus les Autrichiens (11 points de plus qu’il y a 2 ans).

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.