Les grandes écoles et institutions françaises se mettent aux MOOC (Massive Open Online Course), avec succès. Des dizaines de milliers d’étudiants sont déjà inscrits à travers le monde.

Imaginez une salle de classe dont la porte vous serait ouverte 24h sur 24 : le jour, la nuit, le dimanche, les jours fériés. Et pas pour n’importe quel cours : vous pourriez passer d’une salle à l’autre, d’Oxford à Cambridge, de Polytechnique à Harvard, d’X à l’ENA.

Le MOOC ou plutôt le CLOM en français (Cours en Ligne Ouvert et Massif), c’est cela : des cours en ligne, gratuitement, depuis votre ordinateur.

En janvier dernier,Alberto Alemanno, professeur à HEC, a lancé le premier CLOM en anglais de la grande école de Jouy-en-Josas. Il l’a mis en ligne sur la plateforme américaine Coursera.org et en moins de 6 mois, contre toute attente, le voilà avec 50 000 élèves chinois, américains :

Pour l’instant, l’offre de CLOM ou MOOC est entièrement gratuite et pour 40 euros, si vous le souhaitez, vous pouvez recevoir un document en PDF prouvant que vous avez bien suivi ces cours prestigieux. Dire que vous avez été, même virtuellement, sur les bancs d’HEC, peut toujours impressionner sur un CV.

Mais que ce soit à HEC, Polytechnique, les Arts et Métiers, ou les universités prestigieuses américaines, tout le monde cherche son modèle économique, ce serait-ce qu’à HEC, pour payer l’équipe de 6 personnes qui prépare le MOOC et rembourser un studio tout neuf.

Sur le long terme, on sait que la méthode d’enseignement va forcément changer. Les professeurs passeront moins de temps avec leurs élèves. Les CLOM serviront à l’enseignement didactique. La classe servira aux échanges, aux questions-réponses, bref, à une véritable interaction entre prof et élève.

Une vraie révolution, notamment en France, où ce n’est pas tout à fait la tradition.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.