treize employés d'areva blessés dans une attaque au niger
treize employés d'areva blessés dans une attaque au niger © reuters

Areva, leader mondial en matière d'énergie nucléaire, négocie en ce moment le nouveau contrat qui va le lier au Niger à partir du 1er janvier 2014. Dans un rapport, l'ONG Oxfam dénonce un bras de fer déséquilibré entre l'Etat du Niger et le géant français du nucléaire.

Sans le Niger, Areva ne serait pas grand-chose. En France, une ampoule sur 3 est éclairée grâce à l'uranium nigérien. Le Niger, c'est son premier fournisseur au monde: 40% de son approvisionnement. Loin devant le Kazakstan, le Canada et enfin la Mongolie, où la France ambitionne d'aller forer mais où les portes sont closes pour l'instant.

Malgré les problèmes d'insécurité pour ses salariés, on l'a vu avec les otages, le Niger est donc essentiel à Areva. Mais son contrat de 10 ans arrive à échéance le 31 décembre, dans un peu plus d'un mois. Et donc, Areva voudrait que le nouveau contrat lui soit le plus fiscalement favorable possible, au moins autant que l'ancien.

« C'est indécent », proteste Anne Sophie Simpère, de l'ONG Oxfam. Elle est l'auteure du rapport sur Areva et le Niger. Elle dénonce le comportement de la multinationale qui cherche à raboter ses impôts et ses taxes, dans un pays où la moitié de la population vit sous le seuil de pauvreté :

Areva essaie de négocier sur la TVA, les droits de douane, les provisions pour reconstitution de gisement, les clauses de stabilité fiscale... En gros tout ce que l'Etat tente de ponctionner.

Mais d'après Oxfam, ce sont 10 ans de revenus pour le Niger qui se jouent en ce moment. Or l'ONG estime que le Niger s'est fait flouer pendant ses années: de 1971 à 2010, 114 346 tonnes d'uranium ont été extraits. Là-dessus, l'Etat nigérien aurait touché 459 millions d'euros, c'est-à-dire 13% seulement de la valeur totale d'exportation estimée à 3,5 milliards d'euros.

A cela, Areva répond d'abord, que 2 mines d'uranium ne financeront jamais à elles seules le développement économique de plus de 17 millions d'habitants.

Et puis qu'ensuite, elle n'a pas les mêmes chiffres.

Depuis 40 ans, dit Areva, l'Etat du Niger aurait perçu 871 millions d'euros c'est-à-dire 85% des revenus directs.

Enfin, en 2012 par exemple, 70% des recettes globales sont allées à l'Etat du Niger dit Areva qui en aurait récupéré 27%, les 3% restants allant aux partenaires étrangers.

Mais on n'a aucune certitude sur le fait que le gouvernement nigérien redistribuera ces recettes. L'ONG Oxfam renvoie à la société civile nigérienne, et demande un débat au Parlement de Niamey.

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.