Chacun sa définition de l'enfer sur terre. Pour moi, ce sont les magasins de bricolage. Mais n'écoutant que mon courage, j'y suis allée hier... et j'ai été surprise : il y avait de l’ambiance ! D’ailleurs, je pense que cette obligation d’équiper tous les logements d’un détecteur de fumée d’ici le 8 mars, c’est une façon de créer du lien social, de forcer les gens à se parler. Parce que personne n’y comprend rien, alors on papote.

Dans un mois, les détecteurs de fumée seront obligatoires dans tous les logements.
Dans un mois, les détecteurs de fumée seront obligatoires dans tous les logements. © PhotoPQR/L'Alsace

Une petite dame demandait au vendeur si le détecteur de fumée appelait tout seul les pompiers ! Non madame, il sonne, c’est tout. Très fort. Sa principale mission est de vous réveiller la nuit en cas d’incendie, pour évacuer à temps. Rappelons qu’un incendie se déclare toutes les deux minutes en France et que la plupart des victimes sont intoxiquées par la fumée dans leur sommeil. Dans le même rayon, un étudiant soupirait. Il est locataire, son propriétaire lui a demandé de s’en occuper, il le remboursera ensuite… et ça le fatiguait : « C’est hallucinant ces différences de prix. Comment le même truc peut-il coûter entre 5 et 100 euros ? »

En réalité il ne s'agit pas des mêmes produits. Quand on frôle la centaine d’euros, c’est de la domotique : la marque Nest (qui appartient à Google) propose par exemple un détecteur de fumée intelligent, connecté à votre téléphone portable. Mais je vous rassure, un appareil vendu entre 10 et 25 euros suffira largement. D’après les associations de consommateurs, il vaut mieux éviter tout ce qui est en dessous de 10 euros.

A quoi faut-il être attentif quand on choisit son détecteur ?

A la durée de vie de la pile, d’abord. Il faut qu’elle dure au moins un an. Aux labels, aussi : achetez plutôt un produit qui indique le label NF. Et c’est mieux s’il y a un bouton de test pour vérifier que l’appareil fonctionne.

Attentions aux arnaques : de nombreux démarcheurs, qui se disent envoyés par la mairie, profitent de cette nouvelle réglementation pour proposer à un prix exorbitant l’installation d’un appareil et même un abonnement pour l'entretien, complètement inutile.

La cigarette risque-t-elle de sonner souvent chez les fumeurs ?

Non, normalement la fumée de la cigarette n’est pas assez dense. A moins d’être en pleine partie de poker dans une toute petite pièce, pas de déclenchement intempestif de l’alarme.

Que risque-t-on si on n’a pas installé de détecteur chez soi avant le 8 mars ?

Rien ! Ni amende ni sanction ne sont prévues. L’obligation est donc toute relative. Personne ne viendra vérifier chez vous que vous êtes équipé. Mais les propriétaires doivent être vigilants : leur responsabilité pénale est engagée en cas d’incendie chez leur locataire. D’ailleurs, prévenez votre assureur une fois que vous êtes équipé, c’est peut-être l’occasion de négocier une baisse de tarif.

Dernier conseil : les détecteurs qui se vissent au plafond sont plus fiables, d’après les associations de consommateurs, que ceux qui se collent. Il faudra peut-être emprunter une perceuse à votre voisin. Et puisque la date limite, c’est le 8 mars (journée internationale des femmes), à mon avis il faut y voir un message : allez les filles, on se remonte les manches et on bricole !

Extrait du sketch de Muriel Robin :

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.