Les comptes du géant de la vidéo passent dans le rouge, sa valeur en bourse chute et ses pertes sont colossales.

Mario et Yoshi ne sont pas les seuls "personnages" de Nintendo...
Mario et Yoshi ne sont pas les seuls "personnages" de Nintendo... © Nintendo

Qui aurait cru à la disgrâce de Super Mario ?

C’est pourtant ce qui est en train de se passer : il faut croire que sa casquette rouge, sa salopette bleue, sa petite moustache sont passées de mode. Mario, le personnage de toute une génération, deuxième jouet le plus vendu au monde en 1985 (40 millions d’exemplaires écoulés rien pour cette année là), ne se vend plus.

Souvenez-vous de la Game Boy, souvenez-vous du succès foudroyant de Tétris : c’était aussi Nintendo, qui va finir sa saison sur une perte de 190 millions d’euros. Des recettes divisées par presque 4 en 5 ans.

D’abord parce que la WII U a été un véritable désastre. C’était la recette miracle de Nintendo, qui avait permis de démocratiser le jeu vidéo. Sa dernière version avec tablette n’a pas séduit le public. Nintendo tablait sur 9 millions de vente, ils en écoulé moins de 3.

Pas brillants non plus, les scores de la console 3DS : le Japonais en a vendu 5 millions de moins que prévus.

Et puis surtout, les concurrents ont très bien joué : Sony a fait de sa Playstation un blockbuster, tout comme Microsoft avec sa XBOX ONE : tous deux ont fait le pari du très haut de gamme.

Enfin et surtout, la concurrence directe des smartphones qui remplacent les consoles de jeu, avec des applications pour mobile souvent gratuites.

Comment Nintendo compte-t-il s’adapter ?

La grande question qui taraude les investisseurs, c’est : pourquoi ne pas transférer Super Mario sur les smartphones ? « Non », ont répondu les dirigeants, nous voulons toujours offrir des jeux de qualité. De nouveaux jeux doivent donc faire leur apparition au printemps, et un nouveau plan stratégique doit être présenté à la fin du mois de janvier.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.