En ce lundi de Pâques, faisons le point sur le marché des poules ! Pas celles en chocolat, mais les vraies poules en plumes et en os…

Dans vos jardins, dans les basses-cours, les poules recyclent vos poubelles. Tout ce qui est épluchures, pain dur, bref une grande partie de ce qui est alimentaire et que vous jetez.

Une poule installée dans votre jardin peut, à elle seule, recycler entre 120 et 150 kilos de déchets par an !

C'est ce qui a donné l’idée à plusieurs communes du département de la Somme (huit villages du Santerre précisément) de faire une distribution gratuite de volailles chaque année. Et cela fait trois ans que ça dure.

Cette année, l’intercommunalité en a distribué 3000 . À moins de dix euros la bête, l’investissement représente moins de 30 000 euros. Et cela a déchargé les services de nettoyage de la ville.

La volaille est aussi devenu un secteur porteur pour les jardineries . Selon les chiffres de Truffaut, 50 000 poules et œufs se seraient vendus en France en 2015 . Une augmentation de 150% en cinq ans. Ce qui a donc permis l’émergence ou le développement des producteurs de ces poules de compagnie.

En Bretagne, Distrigalli par exemple vient de se placer sur ce créneau. Au début, c’était un groupe : Michel , qui propose de la nourriture pour animaux… et 327 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Pour que Distrigalli prenne son envol, le groupe Michel y a donc mis au pot : deux millions d’euros et embauché quatorze salariés.

L’objectif étant de vendre 100 000 poules de jardin par an. Pour l’instant, leurs débouchés s’appellent Botanic , ou Jardiland .

Elevage de poulets en Belgique
Elevage de poulets en Belgique © Maxppp / Michel Houet

À raison d’une poule vendue entre 15 et 40 euros l’unité, vous avez là une activité qui roule. Un peu partout en France, vous en avez comme ça des équivalents, souvent avec des sites assez travaillés pour séduire le public visé : famille avec enfants qui vivent dans une maison avec un petit jardin

Vous avez Poule and Co dans le Gard, Volador dans la Drôme et en Rhône-Alpes qui vend déjà 40 000 bêtes par an, des animaux bagués et dont le parcours peut être tracé, essentiellement à Gamm Vert , .

Si, comme le groupe Michel, vous pariez également sur le fait que vous vendrez aussi des graines aux acheteurs de poules, vous avez là un petit circuit économique assez efficace…une vraie poule aux œufs d’or…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.