Des bannières sautaient au visage hier encore, quand on ouvrait une page Wikipédia : "appel aux dons (de 2 à 100 euros)", lancé début novembre. Mais ce que l’on sait moins, c’est en coulisses, la rivalité entre la maison mère basée aux Etats-Unis: la Wikimédia Foundation, et Wikimédia France, qui tente de garder garder une autonomie financière pour développer la culture française.

Wikipedia - collecte de fonds
Wikipedia - collecte de fonds © Radio France

Savez-vous à quoi ressemble une couronne lochoise? La Rigotte de Condrieu? Et l’Echourgnac? Le Chabichou du Poitou, le Pouligny-Saint-Pierre ? Le brie noir vous connaissez? Pour réparer cette lacune, Wikimédia France vient de lancer en début de semaine un grand appel aux dons sur la plateforme de financement participatif Kiss Kiss Bank Bank pour donner à voir ces éléments essentiels du patrimoine français. C’est à dire photographier les fromages sous toutes les coutures, éclairés comme des mannequins de mode, immortalisés par des professionnels.

Parce que voyez-vous, ces fromages sont destinés à entrer dans la culture mondiale des pages Wikipédia. Photos libres de droit, utilisables et réutilisables par tout un chacun. L’appel de fonds était de 5000 euros et en moins d’une semaine, les Français de Wikimédia France ont déjà reçu la moitié.

Qu’en est-il cette bannière qui appelait aux dons quand on ouvrait n’importe quelle page Wikipédia? Ces dons ne servent pas à financer ce genre de projet?

Non, parce que depuis l’an dernier, c’est la fondation Wikimédia, basée aux Etats-Unis, qui appelle aux dons et qui les prélève. Avec un objectif ambitieux: récolter 47 millions d’euros à travers le monde pour 2014.

Une fois l’argent versé, elle redistribue pays par pays, suivant les demandes et les projets.

L’an dernier, par exemple, Wikimédia France avait obtenu 600 000 euros.

Mais auparavant, chaque nationalité se débrouillait toute seule, lançait sa propre campagne et gérait sa petite plateforme de fonds. Les Français d’ailleurs s’en sortaient très bien :

2010: 700 000 euros

2011: plus d’1 million

2012: 1,6 million d’euros.

Voilà Wikimédia France dépendant de la grande maison américaine.

Tout à fait, ce qui d’ailleurs, ne plaît pas plus que ça aux 10 salariés français qui animent le groupe de contributeurs de l’hexagone. Du coup, ils ont lancé, il y a 4 jours, leur propre appel aux dons, jusqu’au 31 décembre.

Leur objectif: recueillir 250 000 euros. Même si la campagne est bien plus discrète, puisqu’elle n’apparaît pas en bannière sur toutes les pages Wikipédia, ils ont déjà récolté 88 000 euros.

Des dons qui sont d’autant plus intéressants pour le contribuable français qu’ils sont défiscalisables en France,

contrairement à ceux versés à la fondation Wikimédia aux Etats-Unis. Des dons qui vont ensuite, cocorico, servir à développer les partenariats avec les musées : Cité de la céramique à Sèvres, BNF, Centre Georges Pompidou, musée de Cluny, ont déjà signé d’ailleurs pour faire photographier leurs œuvres et consigner les renseignements.

Du coup, c’est vrai, déplore un des acteurs de Wikimédia France, cet appel aux dons géant de l’Américain a engendré de la confusion dans l’esprit des donateurs français : « On a peur qu’ils soient moins généreux », dit-il, mais on ne va pas en faire un fromage !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.