Les entrepots de Amazon allemagne
Les entrepots de Amazon allemagne © Amazon/DPA/MAXPPP

C’est un bras de fer resté très discret : un syndicat européen a osé défier le géant américain du commerce en ligne Amazon pendant la période cruciale des fêtes de Noël, et continue de réclamer une convention collective.

Pour une fois, ce ne sont pas les irréductibles Gaulois qui font de la résistance ou qui réclament des droits, une protection et une rémunération adaptée à leur activité.

La fronde ne se déroule pas dans un des quatre entrepôts français d’Amazon, comme on aurait pu s’y attendre.

Ce sont les Allemands qui ont brandi les pancartes et les mégaphones. L’Allemagne, tête de pont d’Amazon en Europe avec neuf centres de distribution.

La grève a commencé dans le plus gros entrepôt à Bad Hersfled, à Noël –le pic d’activité pour la marque.

Un véritable affront, mené par les Allemands du Syndicat Vindi, et s’est étendue à Leipzig, ainsi que dans un troisième centre.

Vous vous souvenez peut-être de Jean-Baptiste Malet, le premier journaliste infiltré chez Amazon. Récemment, il est allé à la rencontre des syndicalistes allemands. Il a pu voir ainsi comment Amazon gérait le conflit :

Cela signifie qu’entre Amazon et le syndicat, le dialogue est rompu. A part une prime pour les salariés qui ont travaillé à Noël, Amazon n’a rien cédé (au contraire!), et commence à faire jouer la concurrence.

La firme a coupé tous ses investissements en Allemagne, et commence à regarder du côté de la Pologne, à la main d’œuvre plus docile, pour ouvrir de nouveaux entrepôts.

Les Allemands sont les fers de lance d'un combat en faveur des salariés et ce, essentiellement grâce au positionnement du syndicat Verdi. En Allemagne, c’est le grand syndicat unifié des services et il a bien compris que les emplois de demain allaient se créer dans le commerce en ligne. En clair, que c’était dans ce secteur là que son avenir de syndicat se jouait, et là qu’il devait « encarter » de nouveaux membres.

D’où ce premier combat avec Amazon, qui s’étend déjà au-delà des frontières de l’Allemagne, en Pologne, où Verdi a d’ores et déjà commencé à contacter les salariés Polonais. On est peut-être en train de voir là, la vraie naissance d’un syndicalisme européen.

En France, en juin dernier, à Sarran, dans le Loiret, il y a eu un tout petit débrayage d’une demi-journée. Amazon a vite convoqué les grévistes pour remettre tout le monde dans le droit chemin.

Quant à la toute petite section CGT qui s’occupe de ces questions, elle ne s’en est pas trop alarmée.

L'équipe
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.