Après la Black Barbie, sortie dans les années 80, Mattel a officiellement lancé hier une Barbie Curvy.Unerévolution des mensurations !

Ce n’est pas qu’elle est grosse, Barbie Curvy, c’est juste qu’elle a des hanches et des fesses, sans être Kim Kardashian non plus (curve en anglais ça veut dire courbe) et qu’elle est un peu plus petite que sa grande soeur anorexique et disproportionnée.

Parce que la Barbie standard, c’est 92-46-84, ce qui veut dire dans la vraie vie, une brindille qui n’a pas la place pour le foie les reins, les poumons : tous ces organes somme toute assez utiles.

Bref il aura juste fallu 57 ans à Mattel pour passer d’une certaine forme de rêve, ou peut-être de fantasme, à la réalité. Il s’est écoulé plus de 30 ans entre l’arrivée de la Barbie noire dans les années 80 et celle-ci.

Pourquoi tant de temps ? Parce qu’il n’était pas certain qu’elle se vende.

Certaines mamans ont beau être féministes, elles ne sont pas sûres de l’accueil qui sera fait à la poupée si elles l’offrent à un goûter d’anniversaire. Ou même quand il s’agit de leur propre enfant. Quel message recevra-t-il? Pour l’instant, Barbie Curvy est donc vendue en ligne.

Pour ce qui est des rayons des magasins de jouets, "il va falloir de la place" disent sans rire les vendeurs et ça, ça se négocie. L’option retenue par Mattel est donc de la vendre par packs, avec sans doute la possibilité de varier les modèles, couleur de cheveux, morphologie et type de peaux.

Mais cette sortie, c’est d’abord et avant tout un coup de com : Barbie prend des kilos alors que Mattel perd des euros. Les résultats de Mattel, publiés en début de semaine, sont effectivement catastrophiques.

Ses ventes chutent depuis 5 ans. Et sur les 9 premiers mois de 2015, les ventes se sont encore contractées de 15% (les chiffres sont du magazine Challenge ) Et le bénéfice net de la société a plus maintenant le profil de la poupée maigre. Sans compter que la société a tout récemment connu un nouveau déboire. C’est son concurrent Hasbro qui vient juste de lui souffler la licence Disney, vous savez celle qui donne le droit de vendre la poupée Reine des Neiges … Il fallait bien quelques kilos pour digérer tout ça.

L'équipe

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.