Aujourd'hui, plus d'un tiers des offres d'emploi ne passe pas par Pôle emploi : c'est un chiffre avancé par l'institution elle-même. Car l'alternative existe: des centaines de sites ont fleuri pour faire face au chômage, et cela marche.

Quand vous êtes chômeurs et que vous voulez être indemnisé, vous pouvez difficilement vous éviter ça:

Et les autres solutions s'appellent Qapa.fr, régionjob, parisjob mutiposting. Vous en avez les réseaux sociaux Viadeo et Linkedin, qui revendiquent des dizaines de milliers de recrutements sans passer par Pôle Emploi.

Chez la start-up Qapa par exemple, installée dans le Sentier, à Paris, l'outil ingénieux, c'est un algorithme. En fait, tout part d'une formule mathématique qui met en relation le recruteur et le demandeur d'emploi grâce à des mots clé.

Corentin Larose est le concepteur de ce logiciel :

Et c’est efficace : en 2 ans, Qapa.fr revendique 30 000 recrutements et son chiffre d'affaires est florissant : un peu moins d’1 million d'euros en 2013.

Chez Qapa, on considère le chômage comme un marché, avec une offre et une demande qu'il faut mettre en relation et qui ne se rencontrent pas toujours à Pôle emploi. Qapa fait payer sa prestation au recruteur quand il a embauché.

Pôle emploi
Pôle emploi © CC alainalele

Pôle emploi réagit en décrétant que ce n’est pas une concurrence, et en se plaçant au dessus de la mêlée. Il y a quelques mois, Jean Bassère, le patron de l'institution, a d'ailleurs nommé un homme en charge de ce qu'il appelle "la transparence". Sa mission: clarifier le site de Pôle emploi pour qu'il puisse rester leader, en quelques sortes. Maintenant, quand vous allez sur le site, vous avez un regroupement des offres et leur origine: vous pouvez par exemple avoir accès à la grande majorité des offres des sites internet sur le site de Pôle emploi, et vous savez si elles viennent d'internet ou même d'une boîte d'intérim.

Pour les conseillers de Pôle Emploi, cela va changer la donne. Pôle Emploi a décidé de supprimer les entretiens avec les conseillers dans deux agences, à Paris et à Castelnau, en Languedoc-Roussillon.

Dès 2014, les chômeurs seront divisés en trois catégories: ceux qui pourront se passer des conseillers (plutôt les diplômés) ; ceux qui seront guidés (c'est une semi autonomie) et les plus défavorisés qui seront accompagnés.

Enfin, Jean Bassère veut désormais que l'institution puisse compter le nombre de recrutements qu'elle a créés. Une idée à laquelle certains syndicats se sont opposés en indiquant que cela allait générer du stress chez ses conseillers.

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.