Le 19ème Salon du chocolat ouvre ses portes aujourd'hui à Paris, Porte de Versailles et jusqu'au 3 novembre. L'occasion de s'arrêter un instant sur cette valeur sûre qui ne connaît pas la crise.

salon du chocolat
salon du chocolat © Radio France

Contrairement à ce que chante Annie Cordy, « ce n'est pas quand il fait chaud qu'on mange du chocolat, c'est quand il fait froid ». En ce moment, les chocolatiers sont donc ravis de voir les températures baisser en France.

C'est justement en grande partie le temps abominable des 7 premiers mois de 2013 qui aurait tiré les ventes de chocolat vers le haut. Selon une étude réalisée récemment par l'institut de sondage Louis Harris, le chocolat ne fait pas partie des produits que l'on supprime des caddies en temps de crise: 1 Français sur 3 en avale tous les jours .Les Français y consacrent en moyenne 268 euros par an et un Français sur 10 irait jusqu'à y dédier 370 euros .

Depuis 3 ans, les ventes n'ont cessé de progresser: 378 000 tonnes, en 2012, c'était 2000 tonnes de plus. C'est donc un secteur très porteur.

Le chocolat rime donc avec croissance. Aujourd'hui, on compte en France 70 entreprises de chocolat, et 30 000 salariés. Mais c'est surtout à l'étranger que se joue cette croissance. Parce que malgré leur consommation soutenue, les Français ne sont que les dixièmes consommateurs de chocolat au monde. Avec 4 kilos de chocolats ingurgités chaque année, le Français arrive loin derrière l'Anglais et ses 11 kilos par an.

Dans les pays à fort développement, le chocolat est également devenu un produit de luxe, qui bénéficie encore d'une image exotique. La marque française "La Maison du Chocolat", par exemple, ne s'y est pas trompée: après New York et Hong Kong, elle vient d'ouvrir son premier magasin à Dubaï.

Explications de Jeoffroy Danglejean, son PDG :

C'est donc l'export qui permet aux chocolatiers français de se développer. Et ça ne vaut pas que pour le chocolat d'ailleurs. Avec une balance commerciale déficitaire de 70 milliards d'euros, les entreprises françaises doivent aller chercher leur chiffre d'affaires ailleurs.

Surtout qu'en ce qui concerne la France et la préparation de Noël par exemple, à la Maison du chocolat, on voit les choses en plus petit: l'année dernière, le coffret coûtait 45 euros. Et bien pour cette année, la marque en a créé un plus modeste, à 39 euros. Et il n’est pas seulement moins cher, il y a moins de chocolats dedans.

Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.