Une dizaine d'entreprises viennent de se regrouper pour vanter la valeur ajoutée de l'érotisme à la française .

La Tour est Folle
La Tour est Folle © Radio France

Paris est la ville des amoureux, alors pourquoi ne pas en faire la capitale de l’érotisme ? La France est réputée pour ses produits de luxe ses vins et son fromage ; pourquoi pas pour ses sex toys ?

Pour propager cette idée et leurs produits, les jeunes patrons du secteur qui vendent de tout -du gel intime au jouet en bois 100% naturel, se sont donc baptisés sans ambiguïté « Plaisir de France ». Et ils ont déjà leur emblème : le godemiché Tour Eiffel ! « La Tour Est Folle »: 26 cm de hauteur, qui existe en rose, en vert, ou en doré.

4.000 exemplaires vendus en quelques mois et c'est c’est son concepteur, Sébastien Lecca , qui en parle le mieux :

Les Français ont-ils une chance sur ce marché ?

Pour l’instant, ils sont microscopiques ! Les Chinois sont les leaders tout puissants avec 70% du marché, viennent ensuite les Américains puis les Allemands. C’est pourquoi les Français de « Plaisir de France » veulent être vus, repérés et aidés. Stéphane Turc , de la société Eymalis est l’initiateur du projet :

Quels sont les débouchés au niveau mondial ?

Les perspectives sont plus que florissantes. D’abord parce qu’il y a eu un vrai effet cinquante nuances de Grey. 50 millions d’exemplaires vendus dans le monde en 2 ans, sans compter le marché en Amérique latine qui se développe de plus en plus. Si l'on se penche sur les chiffres de l’étude menée par « Plaisir de France », l’industrie du sextoy pèserait déjà 22 milliards d’euros chaque année au niveau international, et 15 milliards de chiffre d’affaire générés rien qu’en Europe.

Donc les Français disent : il y a de la place pour nous.

Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.