Près de 20% des Français ne déclareraient qu'une partie des heures travaillées: c'était le résultat d'une enquête réalisée par Market Audit pour « 02 » (le leader des services à la personne).

Avec l’augmentation de la TVA des charges et des impôts, les Français ont-ils choisi le "travail au gris"?

Le travail au gris, c’est le fait de déclarer un peu, mais pas tout. Pas toutes les heures de la femme de ménage ; pas toutes les heures de la baby-sitter. Dans les taxis, c'est un peu par carte bleue beaucoup en liquide. Dans les restaurants c'est le principe de la double caisse: la fausse pour l'URSSAF, la vraie pour le patron…

Bref, la liste est longue des méthodes pour ne pas faire de black tout en échappant aux inspecteurs de l'Etat, souvent par souci d'économie d'argent, mais aussi parfois par souci d'économie de temps, pour éviter des démarches administratives chronophages et laborieuses. D'où l'apparition d'applications astucieuses, comme celle del'entreprise Payname dirigée par Eric Charpentier :

Face à cette recrudescence de travail au gris, l'URSSAF regarde le phénomène avec attention.

Il faut dire que les heures non déclarées représentent un manque à gagner considérable pour la Sécurité sociale: entre 15 et 18 millions d'euros en augmentation constante, c'est presque trois fois plus qu'il y a 10 ans.

Concrètement, les effectifs de contrôle n'augmentent pas: il y a toujours 1500 inspecteurs sur le terrain. Mais une nouvelle cellule a fait son apparition : une cellule avec deux gendarmes du web qui traquent les employeurs fraudeurs sur internet.

Les sites qu'ils affectionnent particulièrement sont par exemple Leboncoin.fr ou Youpijob.fr, avec toujours un même principe de base: frauder c'est voler, il faut donc sanctionner.

Les ménages ne sont pas pour autant dans la ligne de mire de l’Urssaf, qui assure se concentrer sur les "secteurs à enjeux" où le travail est vraiment dissimulé.

De l'autre côté de la barrière, vous avez la FEPEM, la Fédération des Particuliers Employeurs qui dit: « On arrive à un effet de seuil pour les ménages. Il faut un allègement de charges de 2 euros par heure travaillée ».

La FEPEM le dit d'ailleurs sans langue de bois: les employeurs à domicile sont la variable d'ajustement de l'Etat pour faire rentrer de l’argent dans les caisses.

Certains leur suggèrent de monter un mouvement semblable à celui des pigeons plumés et autres poussins pour se faire entendre.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.