La marque Hello Kitty fête demain ses 40 ans. Un phénomène marketing planétaire qui rapporte des milliards et qui lui vaut de se voir consacrer une exposition à Los Angeles: « à la découverte du monde super chou d’Hello Kitty ».

Imaginez que la vie ressemble au monde enchanté d’Hello Kitty : la féérie. Partout ce visage blanc au regard vide, sans bouche avec sa robe rose et ses deux fleurs dans les cheveux, un monde de rêve. Mais on n’en est pas si éloignés.

Hello Kitty
Hello Kitty © SewPixies

Aujourd’hui, Hello Kitty s’affiche partout: sur les vêtements, les jouets, les crayons, les stylos, les vernis à ongle, les planches de surf, les bijoux les ampoules et même du papier hygiénique: 50 000 produits à l’effigie de cette petite chatt e, véritable poule aux œufs d’or qui a permis à son fondateur le japonais, Sanrio, de gagner 6 milliards d’euros en 2012 et de faire vivre 2000 salariés. En troisième position pour les produits sous licence les plus vendus au monde derrière Disney et Star Wars.

Sa renommée est mondiale: même Bill Gates lui a fait les yeux doux. Il a mis 5 milliards de dollars sur la table pour l’acheter : proposition déclinée. La star cette année, la peluche, a même fait le voyage à bord du satellite Hodoyoshi-3. Elle a aussi eu droit à une chanson abominable d’Avril Lavigne.

Comment expliquer un tel succès ?

La figure est née en 74, 30 ans après la Seconde guerre mondiale qui a laissé le pays meurtri. Il y avait une demande de douceur, de « kawaï » mignon comme on dit en japonais: une volonté d’affection infantile, mais symbole aussi d’un Japon devenu cool, le « Cool Japan ».

Et puis il y a eu la brèche des dessins animés et toute l’industrie de l’entertainment au Japon dans laquelle Hello Kitty s’est engouffrée.

Ses créateurs ont anticipé une possible baisse d’affection . Surtout que Sanrio était très dépendant d’Hello Kitty: la petite chatte, c’était quand même 80% de ses licences et 60% de ses revenus.

Du coup, le Japonais est allé chercher les "Mister Men" (les "Monsieur Madame"), pour se diversifier.

Pour se diversifier également, dernière trouvaille: les créateurs ont inventé un slip Hello Kitty pour habiller le bas du téléphone portable, et pour vous Eric, une gamme de produits Hello Kitty pour hommes.

Mais surtout: surtout pour relancer le désir, Hello Kitty a fait son coming-out en août dernier . Surprise : Hello Kitty n’est pas un chat, a dit le porte-parole de la firme.

Non « c’est une petite fille joyeuse au cœur d’or » et en 74 c’est à Londres qu’elle est née.

Argument: on ne la voit jamais à 4 pattes, et en plus elle a son propre animal domestique: « Charmmy Kitty ».

La question qui me taraude maintenant c’est : est-ce que Minnie est bien une souris? Est-ce que Bugs Bunny est un lapin? Et titi ? Et gros minet ?

On n’est pas au bout de nos surprises.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.