De plus en plus de personnes se tournent vers le véganisme et le végétarisme… En France, ce sont 2% de la population, ce qui n'est pas négligeable.

Aujourd’hui avec la multitude des régimes, c’est sans doute tout le caractère social de l’alimentation qui est en train de se réinventer
Aujourd’hui avec la multitude des régimes, c’est sans doute tout le caractère social de l’alimentation qui est en train de se réinventer © Getty

Il s’appelle Tim Shieff, c’est un coureur anglais de haut niveau qui a participé à une célèbre émission sur MTV, et qui est devenu vegan en 2012. 

Sur YouTube, il a connu le succès en prodiguant des conseils pour abandonner la viande. 

Sauf que patatras, l’icône végane a jeté l’éponge en février dernier en annonçant dans une vidéo qu’il reprenait la chaire animale pour des raisons de santé. Le jeune homme faisant le lien entre son véganisme, sa fatigue, sa dépression, ses problèmes digestifs et sa sexualité en berne. Énorme déception ! 

Le renégat a donc réintroduit le steak dans son assiette pour le plus grand bonheur des ennemis du véganisme. 

Quelques jours plus tard, une autre célèbre Youtubeuse, Yovana Mendoza, connue sous le nom de Rawvana, était prise la main dans la sac en train de manger du poisson alors qu’elle s’était fait connaître - la traîtresse- en faisant la promotion d’un régime cru, végétalien, sans gluten, sans huile et sans soja. Rawvana erre depuis ce scandale dans le purgatoire des Internautes. 

Mais ces deux exemples n’ont en rien freiné la tendance puisque de plus en plus de personnes dans le monde se tournent vers une alimentation avec moins de produits animaux. 

En France également ? 

Selon les chiffres publiés en janvier par l’institut d’études Xerfi, les produits végétariens et végans vendus en 2018 ont généré un chiffre d’affaires en hausse de 24 % dans les grandes et moyennes surfaces françaises. Et cet institut anticipe pour la période 2019-2021 une progression annuelle moyenne de 17 % du marché.

2% de la population française serait végétarienne et végane ce qui n’est pas négligeable dans un pays comme le nôtre. Selon le sociologue Claude Fischler, le véganisme est une illustration tout à fait fascinante de l’individualisation de l’alimentation car manger est probablement le phénomène le plus fondamentalement collectif et social dans l’histoire de l’humanité. 

C’est la question de la solidarité et du partage qui renvoie aux premières populations de chasseurs cueilleurs. Car aujourd’hui, manger est devenu une question de décision individuelle. Et pourtant rappelle Claude Fischler, les enquêtes menées auprès des Français montrent que se mettre à table symbolise toujours un acte de partage. Les personnes qui ont des allergies alimentaires confient d’ailleurs souffrir de ne pas pouvoir manger avec les autres et comme tout le monde. Mais aujourd’hui avec la multitude de régimes, c’est sans doute tout le caractère social de l’alimentation qui est en train de se réinventer sous nos yeux. Qu’est-ce que cela va changer de ne plus partager le même met ? Sans doute une véritable révolution des pratiques puisque depuis la maîtrise du feu, manger ensemble dans une sorte de communion a toujours été la règle. 

Comment cette activité sociale peut-elle donc évoluer lorsqu’au moment de se mettre à table vont se retrouver côte à côte des carnivores, des vegans, des sans gluten ou des crudivores ? 

Et bien l’histoire à rebondissements de l’alimentation nous le dira.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.