Mathieu Vidard est tombé sur le podcast intriguant d’un jeune chercheur en neuroscience, Christophe Rodo, qui s’est intéressé à une étude menée par des chercheurs de l’Université de Kiel en Allemagne : "Devez-vous cesser de porter des cravates? Porter une cravate réduit le débit sanguin cérébral".

Porter la cravate est-il dangereux pour la santé ?
Porter la cravate est-il dangereux pour la santé ? © Getty / RunPhoto

Voilà un problème qui ne doit pas beaucoup vous tourmenter si j’en juge par le désert qui semble traverser vos cols de chemises. Mais par respect pour nos auditeurs qui ont fait le choix de l’élégance vestimentaire, je me devais de vous donner les conclusions de ce travail qui dans certains corps de métier pourrait faire figure de véritable enjeu de santé publique. 

Pour mener leur étude, les chercheurs allemands ont comparé un groupe de 30 jeunes gaillards en bonne santé (moyenne d’âge 25 ans) qu’ils ont soumis à une IRM, un examen d’imagerie par résonance magnétique. 

Ils ont demandé à la première moitié du groupe de nouer sa cravate avec le Windsor, un incontournable du nœud qui a un look très épais. L’objectif était d’atteindre un "léger point d’inconfort" comme peuvent le connaître tous les cravatés chronique de la planète. 

Le second groupe qui faisait office de groupe témoin ne portait pas de cravate et chaque mesure des deux groupes avec l’IRM durait 15 minutes. 

Et qu’est-ce que l’imagerie médicale a révélé ? 

Elle montre que les veines jugulaires qui sont comprimées au niveau du cou par le nœud de cravate, entraînent une diminution du débit sanguin vers le cerveau. Dans le groupe des cravatés, le flux sanguin a été réduit en moyenne de 7,5% entre le scanner initial avec le col ouvert et la cravate lâche et le deuxième scanner lorsque le col était fermé et la cravate nouée. 

Pour un tiers des participants cravatés, le flux sanguin s’est même réduit jusqu’à 10%. 

Faut-il s’en inquiéter ? Pas à ce stade car selon les chercheurs les taux enregistrés de cette douce strangulation restent dans les normes physiologiques. 

En revanche pour des personnes plus âgées, gros fumeurs ou souffrant d’hypertension artérielle les scientifiques soulignent que cette baisse de flux sanguin pourrait entraîner des effets comme le ralentissement de l’activité cérébrale et des capacités cognitives en raison de la réduction de l’apport en oxygène. 

Alors certes pour une plus grande fiabilité il faudrait reproduire ces résultats avec un plus grand échantillon pour confirmer la tendance dégagée par les chercheurs allemands. 

Mais tout cela vous l’avez compris n’était qu’un prétexte pour vous inviter quelques soient les circonstances à vous desserrez un peu la cravate et à vous décontracter de la jugulaire. 

Le podcast scientifique dans lequel j'ai trouvé cette étude s'appelle "La tête dans le cerveau"!

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.