Les initiatives citoyennes de plus en plus nombreuses autour de l’environnement. A en croire les enquêtes d’opinion, les enjeux liés à l’environnement seraient devenus la première préoccupation des Français et l’une des principales attentes envers leurs élus locaux.

Qualité de l’air, alimentation durable, transports, réduction des déchets ou logement ; les territoires pourraient devenir la clé de la transition écologique et la campagne pour les municipales devraient surfer sur la vague verte.

C’est dans cette optique que l’ADEME, l’agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie a publié dès le mois de novembre à l’attention des candidats aux municipales, un guide avec tout un éventail de solutions concrètes pour "verdir" leur programme. 

Ce guide s’est inspiré des retours d'expériences venus directement des communes : celles des maires et des citoyens. Car ces dernières années, les initiatives participatives se sont multipliées. 

Peut-on parler d’un mouvement de fond ? 

Oui car la façon de gouverner les villes et les villages est en pleine évolution. Les français souhaitent de plus en plus être associés aux décisions qui les concernent au quotidien autour de l’environnement et l’on voit fleurir un peu partout des ateliers participatifs dans les quartiers ou des concertations basées sur des initiatives venues du terrain. 

Et dans ce contexte, de plus en plus de citoyens utilisent les outils numériques pour défendre une cause locale et bousculer les élu.e.s et les pouvoirs publics. 

On ne compte plus les pétitions qui sont signées pour demander l’arrêt des pesticides dans une commune ou un moratoire sur le développement de la 5G. 

« L’affaire du siècle » en 2018 est devenue la pétition la plus populaire de l’histoire en France avec deux millions de signataires pour dénoncer l’inaction climatique de l’Etat. 

On voit aussi de nombreuses plateformes qui se sont lancées cette année sur Internet et qui proposent des consultations en ligne pour récolter les avis des habitants et recueillir le fruit des réflexions sur des questions d’intérêt général pour permettre à chacun de s’engager dans la transformation de la société. 

Profitant des prochaines élections municipales, l’association Génération Future lançait il y a 10 jours, « Shake ton politique » une nouvelle plateforme participative sur le web, qui veut faciliter l’interpellation des élu.e.s nationaux et européens par les citoyens. 

« Shake ton politique » propose d’envoyer aux maires une charte de dix engagements pour « faire en sorte qu’une majorité d’entre eux s’engagent réellement en faveur de la santé et de l’environnement en fonction de l’agenda politique ». Les propositions concernent par exemple l’obligation d’une information sur les risques et les dangers des pesticides, le passage à des cantines bio, le bisphénol, les plastifiants, ou la mise en place de ceintures maraichères biologique. Cet outil devrait permettre à tout le monde de participer aux politiques publiques en envoyant un mail ou un tweet ciblant l’élu.e. de son choix. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.