Depuis plus de 150 ans, cette question épineuse fait partie des grands classiques de la biologie animale. De très nombreuses théories ont déjà été proposées concernant la fonction des rayures. Une étude publiée dans la revue "Plus One" propose une nouvelle théorie…

D'où viennent les rayures de zèbres ?
D'où viennent les rayures de zèbres ? © Getty / Julien Fourniol/Baloulumix

Alan Turing, le père fondateur de l’informatique considérait par exemple que la robe bicolore des zèbres n’était pas due au hasard mais qu’elle correspondait à des règles mathématiques très précises. D’autres théories plus récentes affirment que les zébrures serviraient de camouflage pour tromper les prédateurs ou qu’elles permettraient de réguler la température de la peau de l’animal en créant des mini-courants refroidissants. Mais aucune de ces hypothèses n’a mis jusqu’à maintenant les scientifiques d’accord entre eux.

Cependant les choses pourraient peut-être enfin changer avec cette étude publiée dans la revue Plus One : des chercheurs anglais et américains ont ajouté des preuves à une théorie selon laquelle l'objectif principal des bandes zébrées serait d'éviter les parasites suceurs de sang comme les taons. En Afrique, où vivent les zèbres, les taons sont porteurs de maladies mortelles. Et avec leur pelage peu épais, les zèbres sont particulièrement sensibles aux infections de ces mouches piqueuses. 

Pour cette étude réalisée dans un champ du Royaume-Uni où les taons sont naturellement présents, les chercheurs ont comparé des zèbres des plaines en captivité avec des chevaux de couleur monochrome. 

La première expérience a montré que les rayures du zèbre ne décourageaient pas les taons qui tournaient autour des deux espèces d’équidés de la même manière. Cependant, une analyse minutieuse de l’approche finale des taons a révélé des différences de vitesse. En effet les taons ne ralentissent pas lorsqu’ils arrivent sur les zèbres, ce qui peut être dangereux pour assurer un atterrissage réussi.

Les zébrures pourraient donc perturber le système visuel des mouches dans leurs derniers moments d’approche.

La deuxième expérience consistait à observer le comportement des taons autour des chevaux sur lesquels  les scientifiques avaient posé un manteau en tissu de couleurs différentes: en livrée noire, blanche ou zébrée. Et bien lorsque les chevaux portaient leur joli manteaux à motifs rayés, leur nombre d'atterrissages de taons était moins élevé que celui des chevaux avec un manteau monochrome. Sur une période de 30 minutes, seules cinq mouches ont atterri sur les chevaux vêtus de manteaux à rayure contre 60 sur les chevaux qui portaient le camouflages noirs ou blancs.

Les manteaux zébrés pourraient constituer un moyen simple de protection contre les piqûres de mouches. 

Quant aux zèbres, les chercheurs ont également observé qu’ils manifestaient aussi un comportement préventif à l’arrivée des taons en remuant la queue beaucoup plus ou en prenant la fuite ce qui empêche les insectes de passer du temps sur eux. 

Les zèbres utilisent donc à la fois des défenses comportementales et des stries morphologiques pour éviter les mouches piqueuses. Cette étude peut vous faire sourire mais elle pourrait avoir des implications considérables pour les équidés en matière de santé et de bien-être animal.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.