Ce matin dans l’édito carré, une petite philosophie sur l’un des jouets les plus connus au monde.

Les Lego
Les Lego © Getty / Jeff J Mitchell

Attention séquence nostalgie puisque vous allez vous retrouver en une fraction de seconde le dos courbé sur la moquette de votre chambre d’enfant au milieu de centaines de briques multicolores empilées là par la magie de votre imagination. 

Le philosophe Tommaso Bertolotti qui est chercheur à l’Université de Pavie en Italie, publie aux PUF Legosophie, une petite philosophie du Lego. Cet homme est tellement passionné par la chose qu’il se rend régulièrement dans le temple de la brique aux Halles à Paris. Chaque visite au Legostore est l’occasion pour lui de frissonner d’émerveillement en découvrant les nouveautés et les générations qui se croisent toujours autour des séries iconiques comme les pirates ou le Moyen Age. 

Mais son livre est surtout un pont entre le Lego, la philosophie et les sciences cognitives. 

Et que raconte l’auteur ? 

Selon lui, le Lego et la philosophie se ressemblent parce qu’ils allient tous les deux : méthodes et liberté. Ils sont spécifiquement platoniciens. Pourquoi ? 

En raison d’un rapport très fort avec l’idée du bien, de l’importance du modèle et de ses dimensions mathématiques. 

Platon aurait sans doute beaucoup apprécié l’univers structuré par les Lego : un monde ordonné et juste dans lequel chacun occupe la place qui lui est propre. 

La géométrie intrinsèque du Lego entre également en résonance avec la vision pythagoricienne mais aussi avec l’atomisme de Démocrite. Le Lego propose en effet une réalité qui peut se décomposer en une série finie de briques atomiques, tout comme les différences que nous percevons dans la matière. 

Mais le Lego est aussi une expérience physique et une construction de l’esprit. 

Avez-vous le souvenir d’avoir marché pied nu sur un Lego ? C’est, écrit Bertolotti, la pire façon d’appréhender sa matérialité physique : la brique nous signale sa présence, ce matériel qui la rend indestructible. Pas besoin de marcher sur un Lego pour savoir que cela fait mal. 

Une legopensée qui renvoie aussi au plaisir du son de la boîte dans laquelle on farfouille.

Jouer avec les Lego est une véritable distribution de la pensée : construire, librement ou en suivant les instructions mais aussi comprendre les stratégies employés par un autre esprit en analysant les mécanismes d’assemblage, en saisir les émotions ou les névroses en fonction du choix des couleurs ou des variations selon les instructions. 

Mais il faut le reconnaître : le Lego possède aussi sa face sombre...

Et laquelle ? 

Le Lego est en plastique Nicolas !!! Et à l’heure des matériaux renouvelables et des alliages écologiques, les 30 milliards de briques de Lego produites chaque année pèsent très lourd. 

La marque s’est donc engagée à développer des biomatériaux à partir de plastique végétal et son objectif est d’arriver à 100% de matériaux durables en 2030. 

#leplastiquenonmerci

Dans le cadre de la Journée mondiale de l’environnement le mercredi 5 juin, France Inter et Konbini consacrent une deuxième journée au plastique, véritable fléau pour le climat, les écosystèmes marins et notre santé. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.