Il faut parler sans détour : si quelqu’un sur cette planète a voulu créer l’homme à son image, il s’y est vraiment pris comme un manche. Mais ces ratés nous en apprennent long sur l’histoire des transformations de notre espèce, comme l'explique Nathan H. Lents dans "Les spermatozoïdes tournent toujours à droite".

Anatomie : le squelette, le système sanguin, la musculature… et le résultatnfinal
Anatomie : le squelette, le système sanguin, la musculature… et le résultatnfinal © Getty / Alessandro De Carli / EyeEm

Loin de moi l’idée d’évoquer un créateur dans une chronique scientifique, mais force est de constater qu’un minimum de savoir-faire aurait suffi, pour éviter les défauts qui s’accumulent chez nous, autres bipèdes. 

Et même si aucun organisme vivant n’échappe à des bugs de fabrication, l’espèce humaine, pourtant réputée être la plus évoluée, cumule les imperfections. Notre corps est en effet le théâtre d’excentricité, de dispositions étranges et de conceptions totalement inefficaces. 

Cependant, ces ratés que nous cumulons de la tête aux pieds sont particulièrement instructifs car ils nous offrent un récit de l’histoire des transformations de notre espèce. C’est ce qu’écrit le biologiste américain Nathan H. Lents dans un livre Les spermatozoïdes tournent toujours à droite.

Que nous apprend cet ouvrage sur nos anomalies ? 

Nos défauts se ramassent à la pelle. L’un des exemples les plus célèbres de conceptions bizarres offertes par la nature concerne la rétine qui est tournée vers l’arrière du globe oculaire. Cet agencement, qui est d’ailleurs le même pour tous les vertébrés, est très étrange car il oblige les photons de lumière à traverser tout le photorécepteur pour atteindre les neurones sensoriels qui se trouvent coincés à l’arrière de la rétine. A ce jour, il n’existe aucune hypothèse fiable pouvant expliquer ce montage à l’envers.

Notre corps est également extrêmement sous-équipé en matière de respiration. L’un des plus grands dangers pour l’homme est la conception de sa gorge. Nous ne sommes en effet pas dotés d’ouvertures séparées pour l’air et la nourriture. Ce qui est à l’origine de nombreux cas d’étouffement chaque année dans le monde. La déglutition est un bon exemple des limites de l’évolution darwinienne. Nous devons donc accepter cette absurdité avec ce tuyau unique pour respirer et manger. 

Les humains ont aussi des os en trop grand nombre puisque certains ne servent carrément à rien. Par exemple le coccyx qui est un vestige de nos ancêtres dotés d’une queue. Relié à aucune musculature située à proximité et sans aucune fonction particulière, le coccyx peut être considéré comme inutile !

Nous avons également des nerfs qui empruntent des chemins curieux, des gènes qui ne fonctionnent pas ou des virus qui sont de vieilles carcasses du passé.

Que dire également de notre système immunitaire qui connait des ratés permanents en ne reconnaissent pas ses propres cellules et en attaquant notre propre corps. Ce sont des défauts de conception qui nous rendent malades. "Un cas tragique de tir ami" écrit Nathan Lents. 

Et ne parlons pas de l’inefficacité humaine en matière de reproduction car nous figurons parmi les reproducteurs les moins talentueux du règne animal ! 

L’anatomie humaine est donc un salmigondis maladroit d’adaptations et d’inadaptations et c’est tout à fait réjouissant de le découvrir.

Les spermatozoïdes tournent toujours à droite et autre bizarreries du corps humain a été publié chez Larousse. 

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.