Nous sommes le 16 septembre 2017. Le pêcheur Jean-Christophe Conegero se trouve à bord d’une petite embarcation sur le Tarn au niveau de Montauban. Soudain, il se trouve nez à nez avec un silure gigantesque.

Le silure, un poisson qui divise
Le silure, un poisson qui divise © Getty

Un énorme poisson ! 

Le pêcheur décrit un combat de fou, tout en puissance entre lui et le poisson. A cet endroit le Tarn est large d’une centaine de mètres. La bête le tracte littéralement en lui faisant traverser deux fois la rivière ! Une montée d’adrénaline indescriptible qui amène le jeune homme jusqu’à la rupture physique. A l’issue de la confrontation, le pêcheur, à peine remis de sa prise miraculeuse, appelle un huissier pour mesurer le monstre : 2,74m ! C’est le plus gros spécimen jamais trouvé dans le monde pour cet animal originaire du bassin du Danube.

Comment est-il arrivé en France ? 

Comme l’explique le chercheur Frédéric Santoul, qui étudie l’impact des silures sur les milieux aquatiques au sein de l’Université Toulouse III, ce poisson a été introduit clandestinement, en France, dans les années 1980 pour la pêche sportive. Plus gros animal présent dans les rivières d’Europe, pouvant atteindre les 130 kilos et l’âge de 40 ans, le silure est paradoxalement assez peu connu des scientifiques. Sans doute en raison de sa fréquentation des eaux troubles très difficiles à étudier. 

Frédéric Santoul, avec sa collègue Stéphanie Bouletreau, a publié plusieurs articles concernant l’impact de ce poisson mythique sur des espèces natives. Les poissons de grandes tailles de nos rivières qui, jusqu’à présent, régnaient en maître dans les eaux de nos rivières ont, en effet, été confrontés tout d’un coup à ces mastodontes. Mais les deux chercheurs n’ont pas noté de disparitions particulières d’espèces. En revanche, sur les poissons migrateurs comme le saumon, la lamproie ou l’alose, l’impact serait beaucoup plus préoccupant. Les silures appréciant particulièrement de se nourrir de ces espèces. Mais ce redoutable prédateur est aussi connu pour mettre des animaux beaucoup plus inattendus à son menu. 

Lesquels ?

Et bien, des pigeons. Les scientifiques ont observé des comportements très particuliers d’échouages volontaires des silures sur les berges ! Une technique fascinante de la part d’un animal aquatique qui sort de son milieu pour aller capturer une proie d’origine terrestre. Tout comme les orques qui ont aussi adopté cette stratégie très efficace, il s’agit d’un opportunisme lui permettant de profiter d’une nouvelle source de nourriture.

Le silure est un poisson qui divise. Un véritable délit de sale gueule pour ses détracteurs qui le trouvent laid et qui affirment même qu’il est dangereux pour l’homme. Or, affirme Frédéric Santoul, aucune attaque mortelle n’a jamais été recensée. Le seul risque étant de se faire mordre en passant sur un nid farouchement gardé par un mâle. 

Mais le silure est aussi le poisson star des pêcheurs qui viennent en France du monde entier pour tenter de le capturer

Le silure, avec sa taille XXL, n’a donc pas fini de faire fantasmer, et vous pourriez bien, un jour, le croiser puisqu’il a trouvé sa place dans tous les grands cours d’eau du pays !

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.