Pour la plus grande joie des chirurgiens plasticiens. Ce matin dans l’édito carré, la folie du selfie se poursuit…

Je ne sais pas Nicolas, s’il vous est arrivé de passer un jour devant un groupe de jeunes gens se contorsionnant devant un téléphone portable tenu à bout de bras, de vous arrêter pour leur proposer vos aimables services et de vous faire éconduire comme un malpropre dans la seconde qui suit. 

Ces jeunes arrogants vous ont fait comprendre que les joies de se prendre eux-même en photo, les excitaient grandement plus que votre proposition de vieux schnock né sous l’ère du Polaroïd ! 

Votre tord en cet instant est de n’avoir pas intégré l'une des principales modalités photographiques de notre époque. Le selfie est un phénomène d’une telle ampleur, que depuis l’apparition du mot en 2002, personne ne semble avoir échappé à cette lame de fond portée par l’essor des réseaux sociaux. 

J’avoue pourtant une certaine perplexité face à ces égo-portraits qui, en général, s’acharnent à vous renvoyer l’image la moins flatteuse de votre anatomie faciale. Du double menton aux joues de hamster en passant par un nez proéminent : le selfie semble avoir été inventé pour vous plomber le moral. Et bien figurez-vous que cette impression trouve une explication scientifique… 

Vous voulez dire que le selfie déforme la réalité ? 

Mais oui Nicolas ! Et pas qu’un peu. Une étude publiée dans la revue Américaine JAMA et réalisée conjointement par des chirurgiens et des informaticiens, révèle que la courte distance entre votre visage et la lentille de votre smartphone provoque une distorsion à l’origine de l’augmentation de vos dimensions nasales. 

Pour calculer l’ampleur de cet effet, les scientifiques ont procédé à des calculs très savants, modélisant mathématiquement, plusieurs paramètres du visage. Ils ont ainsi pris en compte la largeur nasale, la distance zygomatique et la longueur de la tête. 

Et la conclusion est sans appel : chez les hommes comme chez les femmes, lorsque le smartphone est placé à 30 cm de vous, votre nez semble 30% plus large comparé au reste du visage. 

Les choses s’améliorent nettement lorsque le selfie est pris à une distance d’1m50. La déformation nasale n’est plus que de 7%. 

En résumé, si vous trouvez que le selfie vous fait un gros pif, ne vous inquiétez pas, ce n’est pas votre nez le problème dans l’affaire, mais le grand angle de votre téléphone.

Donc pour être sûr que vos clichés soient fidèles à la beauté de vos traits, oubliez-le selfie et faites-vous prendre en photo par quelqu’un ! 

Bon tout ça est quand même assez anecdotique Mathieu…

Et bien détrompez-vous camarade Demorand car les chirurgiens américains qui ont été interrogés, révèlent que cette distorsion du visage perçue à cause des selfies, entraîne une demande grandissante en chirurgie reconstructrice. Les patients étant de plus en plus nombreux à vouloir améliorer leur apparence et à se faire opérer du nez parce qu’il le trouve trop gros sur ces auto-portraits. Narcisse lui-même, n’aurait sans doute jamais supporté d’avoir un nez 30% plus gros. 

Voilà donc comment une simple déformation optique est entrain de faire la fortune des chirurgiens plastiques. 

Légende du visuel principal:
La folie esthétique du selfie © Getty / Alexander Spatari
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.