Pas une semaine ne passe sans que de nouvelles études nous livrent des informations au sujet de notre lointain cousin. Ce matin dans l’édito carré : Neandertal, un homme presque comme les autres…

Un Neandertal exposé au Muséum d'histoire naturelle de Londres
Un Neandertal exposé au Muséum d'histoire naturelle de Londres © Getty / Mike Kemp/In Pictures

Parmi les dernières en dates on apprend par exemple que Néandertal fabriquait des lances en bois et pouvait tuer des proies jusqu’à une distance de 20 mètres. 

Une autre étude affirme que sa morphologie musclée lui permettait de piquer des sprints pour attaquer rapidement les animaux qu’il chassait. 

Ces différentes études montrent que les Néandertaliens connaissaient bien la technologie et qu’ils maîtrisaient différentes stratégies pour la chasse.

Les scientifiques n’hésitant plus à dire que l’écart comportemental ne cesse de se réduire entre Néandertal et nous. Impression qui s’est renforcée lorsque les paléo-généticiens ont révélé que nous nous portions 1 à 2% de son ADN.

Il est bien loin le temps où l’on présentait les Néandertaliens comme de grosses brutes épaisses plus proches des singes que des humains. Mais pour certains spécialistes, ce changement de vision nous a fait passer d’une caricature à une autre. 

Et pour quelle raison ? 

Et bien parce que même si nous partageons de nombreux traits communs avec Néandertal, il reste de grandes différences avec ces hommes disparu il y a 35 000 ans. 

Le paléoanthropologue Jean-Jacques HUBLIN rappelle qu’au cours des derniers 500 000 ans, on trouve sur terre plusieurs groupes humains, tous lancés dans la même direction. Les technologies se perfectionnent, les comportements s’affinent et la vie sociale se complexifie. Cela se traduit par une augmentation de la taille des cerveaux. 

Et Jean-Jacques Hublin prend cette image : il faut imaginer plusieurs casseroles de lait sur le feu en train de bouillir en même temps. Mais il y en a une qui a débordé avant les autres et qui tout absorbé : c’est notre espèce, Homo Sapiens. Et la raison de ce succès se trouve sans doute dans notre cerveau. 

Des travaux très récents ont montré que notre cervelet qui contient 50% des neurones du cerveau, est impliqué dans des capacités qu’on ne soupçonnait pas comme le langage, le système de la récompense ou les interactions sociales. Et même si les Néandertaliens possédaient un grand cerveau, c’est peut être cette différence qui nous a permis de prospérer.

Et comment en être sûr ? 

En comparant le génome de Neandertal avec celui des humains modernes. Pour cela, des scientifiques américains cultivent en laboratoire des mini-cerveaux néandertaliens qu’ils appellent des « néandroïdes". 

Ils sont donc en train de « néandertaliser » des cellules humaines en espérant déceler des variantes génétiques essentielles qui expliqueraient la raison de notre succès. Mais ils n’en sont qu’au tout début. 

Après l’avoir longtemps considéré comme un singe stupide, nous ne cessons donc de rapprocher Neandertal de nous. Selon Jean-Jacques Hublin, si cette espèce cousine nous intéresse autant aujourd’hui, c’est qu’elle représente la dernière bifurcation avant l’homme actuel dans l’arbre des hominines. Et tout ce que l’on révèle à son sujet raconte en creux quelque chose sur nous. 

Neandertal est un peu le miroir déformant de notre humanité. Et cela reste bien sûr comme toujours le sujet qui nous passionne le plus !!!

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.