La liste des incendies qui embrasent la planète n’en finit plus de s’allonger. Hors normes, gigantesques et dévastateurs, ce qui se passe dans plusieurs régions du monde est quasiment sans précédent. Pourtant le phénomène existe depuis une vingtaine d’années, mais il était passé inaperçu aux yeux du public.

Des feux hors de contrôle ravagent l'Australie depuis plusieurs semaines
Des feux hors de contrôle ravagent l'Australie depuis plusieurs semaines © AFP / AUSTRALIAN DEPARTMENT OF DEFENCE / ANADOLU AGENCY

C’est ce que raconte la philosophe Joëlle Zask, auteur d’un livre Quand la forêt brûle. Ce sont les chercheurs américains qui, témoins des feux à répétition en Californie, ont contribué à une prise de conscience en inventant le terme "megafires" que Joëlle Zask a repris à son compte en parlant de "mégafeux".  

Mégafeux : qu’est-ce qui caractérise ces incendies ?

C’est leur intensité, leur conséquence, leur durée et leur dimension incontrôlable. Ils ont également la particularité de sévir sur tous les continents y compris près du cercle polaire. Ce que confirme Copernicus, un programme européen d’observation de la Terre qui indique que 2019 présente une activité exceptionnelle sur le front des incendies. 

En Australie, les incendies sont fréquents pendant le printemps et l’été austral mais ce qui est inhabituel actuellement c’est leur localisation dans des régions boisées et très peuplées. Avec des températures très élevées, une végétation particulièrement combustible et des vents violents : toutes les conditions étaient réunies cette année pour que le pays s’embrase. 

Et même si en Australie la question fait l’objet d’une vive controverse , les scientifiques sont unanimes pour dire que le changement climatique influence la fréquence et la sévérité de ces feux de brousse. Et pire encore, les feux sont responsables d’une accélération du réchauffement. Joelle Zask déclarait au site Reporterre :

Nous ne vivons pas seulement dans l’Anthropocène mais dans le Pyrocène.

Le "Pyrocène", une nouvelle ère ?

Ces feux sont d’une telle intensité qu’ils génèrent leur propre climat. Ils forment des pyro cumulonimbus, des nuages surnommés les "dragons cracheurs de feu". Ils provoquent des orages géants, peu chargés en pluie mais avec un fort potentiel de créations d’éclairs et en touchant le sol ils créent de nouveaux incendies. 

Ce phénomène rare devrait se multiplier avec le réchauffement climatique. La fumée australienne a également traversé les frontières en atteignant les côtes de la Nouvelle Zélande a plus de 2000 km de là. Le nuage de fumée a même teinté les glaciers d’un marron terne ce qui pourrait les faire fondre plus vite en réfléchissant moins bien la lumière. 

Le climatologue américain Michael Mann, cité par The Guardian, affirme que ce qui se passe là-bas est un signe avant coureur de ce qui pourrait arriver à l’avenir dans de nombreux pays. Et la France métropolitaine d’ailleurs ne devrait pas être épargnée. L’Australie est en train de brûler, et pourtant le pays continue d’être l’un des plus grands exportateurs de charbon au monde, ce qui contribue de manière disproportionnée aux émissions mondiales de gaz à effet de serre.  

Les mégafeux, ce sera le sujet cet après-midi de la Terre au carré.

Des braises brûlantes couvrent le sol alors que les pompiers luttent contre les feux de brousse autour de la ville de Nowra dans l'État australien de la Nouvelle-Galles du Sud le 31 décembre 2019
Des braises brûlantes couvrent le sol alors que les pompiers luttent contre les feux de brousse autour de la ville de Nowra dans l'État australien de la Nouvelle-Galles du Sud le 31 décembre 2019 © AFP / Saeed Khan
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.