Si je vous dis "déchetteries" ou "recycleries", vous voyez tout de suite de quoi je parle... En revanche si je vous parle de "ressourcerie" vous ferez comme mon correcteur orthographique, en bloquant net sur ce terme. Et bien retenez bien ce mot car dans les années qui viennent vous allez beaucoup en entendre parler…

Détail de réparation d'une montre. Ressourcerie de la Petite Rockette. Paris, France
Détail de réparation d'une montre. Ressourcerie de la Petite Rockette. Paris, France © AFP / Amaury Cornu / Hans Lucas

Alors de quoi s’agit-il exactement ? De structures qui travaillent à la réduction des déchets que ce soit en ville ou à la campagne et qui donnent une seconde vie aux objets afin d’éviter l’enfouissement et l’incinération. Marque déposée par le réseau français des ressourceries en 2000, ce sont des tonnes d’objets qui chaque année sont réparés ou transformés. 

On voit en ce moment de plus en plus de personnes qui refusent de gaspiller ou d’être contraintes de racheter régulièrement des meubles ou de changer d’électroménager dès qu’un pied est cassé ou lorsqu’une pièce fait défaut. 

C’est ainsi qu’on voit se multiplier partout les initiatives locales favorisant la récup’. Pourquoi par exemple abattre un arbre pour produire l’armoire de vos rêves alors qu’elle se trouve très probablement dans l’une des 157 ressourceries de notre pays. 

Et cela tombe bien car en ce moment une semaine leur est consacrée. L’occasion de découvrir ces sites de collecte et de réparation mais aussi ces petites fabriques créatrices d’emplois durables dont Emmaüs a été l’un des acteurs historiques.

Comment fonctionnent ces lieux ? 

L’esprit d’une ressourcerie est de lutter contre le gaspillage et la pollution tout en soutenant la réinsertion des personnes peu qualifiées et en difficulté. Ainsi lorsque 10000 tonnes de déchets sont collectés, leur traitement par le secteur du réemploi solidaire génère 850 Equivalents Temps Pleins.

L’ambition pour ces structures serait de parvenir à créer 70000 emplois verts dans les années qui viennent.

Les ressourceries sont des lieux de création de lien social, d’apprentissage et de partage d’expertise qui reposent à la fois sur l’engagement des citoyens qui apportent chaque jour des objets, mais aussi sur la sensibilisation du public à la question des déchets. 

Selon l’ADEME seuls 2,5% de nos déchets sont réutilisés alors que le quart d’entre eux pourrait l’être. Alors que la loi pour la Transition Energétique et la croissance verte, vise pour 2020 une diminution de 10% de la quantité globale de déchets produits, les ressourceries ont un rôle majeur à jouer dans ce domaine. 

La recup’ revient donc au cœur des préoccupations 

Absolument. Et ces ressourceries qui affichent plusieurs décennies d’expérience, sont plus que jamais d’actualité dans un contexte ou le gaspillage des ressources et l’exclusion sociale font figure de priorités.

La semaine des ressourceries se déroule jusqu’au 13 octobre et on en parle tout à l’heure dans la Terre au Carré. 

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.