Les gens supportent de moins en moins de voir leurs bio-déchets partir à la poubelle pour se faire incinérer alors qu’ils ont conscience d’avoir une ressource précieuse entre les mains. Résultat : la demande pour un compostage collectif va grandissante !

À partir des restes alimentaires, faire du compost
À partir des restes alimentaires, faire du compost © Getty / svetikd

Jean-Jacques Fasquel, ancien directeur de centre commercial devenu maître composteur après avoir effectué comme il le dit lui-même sa "bascule écolo". Du jour au lendemain il plaque tout, démissionne de son poste, change sa façon de vivre, de consommer et de voyager. Il créé en 2008 en bas de son immeuble dans le 12e arrondissement à Paris, le premier site de compost collectif. 

C’est le début d’une aventure pour ce pionnier qui apprend d’abord sur le tard au fond de son jardin et qui après une formation en Belgique devient artisan au sein d’un coopérative. Et il n’est désormais plus seul en France. On compterait en effet 300 maîtres composteurs dans tout le pays. Rien qu’à Paris, plus de 439 copropriétés sont actuellement équipées. Et ça ne fait que commencer. Sans le savoir, vous avez certainement près de chez vous, une bande de lombrics affamés qui n’attendent que ça pour dévorer vos déchets. 

En quoi consiste exactement cette profession ? 

L’idée est d’abord de transmettre le savoir et de proposer des solutions clé en main pour permette aux personnes ou aux collectivités de se former et d’installer des composteurs collectifs dans leur résidence mais aussi dans leur quartier, leur entreprise ou dans les écoles. Et puis le métier consiste aussi à assurer le suivi avec des coordinateurs afin que les bonnes volontés ne s’émoussent pas.

Mais pour le moment le compostage collectif fait un carton et la demande va grandissante. Les gens supportent en effet de moins en moins de voir leurs bio-déchets partir à la poubelle pour se faire incinérer alors qu’ils ont conscience d’avoir une ressource précieuse entre les mains. 

Il faut savoir que les matières compostables pèsent environ le tiers du poids de nos poubelles ! Développer un site collectif permet donc de réduire drastiquement ses ordures ménagères. 

Cela dit, le compostage n’est pas nouveau. Il existe depuis toujours en milieu rural et à Paris pendant longtemps, les maraîchers qui étaient installés autour de la capitale, fertilisaient leurs productions avec les bio-déchets des habitants. Et puis le métier en ville a disparu avec l’avènement de la chimie de synthèse. C’est donc le grand retour d’une pratique oubliée.

Est-ce que tout le monde peut installer son compost en bas de chez soi ? 

Il y a bien sûr quelques conditions à remplir comme obtenir l’accord du gestionnaire de l’immeuble, trouver plusieurs habitants souhaitant participer à l’aventure et bien sûr disposer d’un espace en bas de chez soi pouvant accueillir le projet. Mais dans de nombreuses villes, toute personne souhaitant installer un compost collectif peut soumettre sa candidature et bénéficier gratuitement du matériel et de l’accompagnement d’un maître composteur.  

L’Ademe offre également des formations.

Et si vous souhaitez en savoir plus, le maître composteur Jean-Jacques Fasquel sera mon invité tout à l’heure dans la Terre au Carré pour répondre à toutes vos questions sur les réseaux sociaux #LaTAC.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.