Ce matin dans l’édito Carré le projet fou d’un atlas des cellules humaines.

Oui car il s’agit Nicolas de référencer toutes les cellules que nous avons dans le corps. Un truc de dingue puisque selon les chiffres, notre organisme serait composé de cent mille milliards de cellules : 1013

A l’origine de ce projet pharaonique, on trouve l’organisation philanthropique créée par Priscilla Chan, la femme de Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook. La semaine dernière, pour la première fois, tous les porteurs de ce projet dont un français étaient réunis à San Francisco pour le lancement.

Cinq années au minimum seront nécessaires pour constituer cet Atlas de référence dont le but est non seulement de définir la spécificité de chacune des cellules de notre corps, mais aussi de comprendre l’ensemble de leurs relations intimes. Cet Atlas gigantesque, qui va brasser des milliards de données, sera proposé en accès libre.

Et qu’est ce que ça représente vraiment une cellule dans le monde vivant ? 

Et bien c’est tout simplement l’unité de base de tous les organismes existant sur terre. Tous les tissus végétaux ou animaux sont composées d’une ou plusieurs cellules. 

C’est le naturaliste anglais Robert Hooke qui découvre en 1665 dans un fragment d’écorce de liège, l’existence de cellules biologiques. A l’aide d’un microscope de sa fabrication, il observe une multitude de petites « chambres ». Pour les qualifier, il leur donne le nom de « cellule » en référence aux chambres des moines. 

A l’époque, il ne mesure pas la portée de ses observations. Il faudra attendre le 19 ème siècle et la théorie cellulaire pour comprendre que tous les êtres vivants sont formés d'au moins une cellule, que la cellule est la plus petite structure présentant les propriétés du vivant. On peut donc dire que chacune de nos cellules est un être vivant. 

Le travail de cet ATLAS a donc commencé 

Oui et le vrai challenge est maintenant de caractériser tous les types cellulaires dans les différentes catégories d’organe comme la peau, le cerveau ou le système immunitaire. 

Sur les 38 projets retenus pour cet Atlas international, la France est représentée par l’équipe CNRS de Pascal Barby de l’Université Côte d’Azur à Nice. Son laboratoire a pour mission d’établir la carte d’identité des cellules présentes dans les voies respiratoires. Ces cellules qui dans le nez, la trachée et les bronches remplissent des fonctions essentielles pour permettre le bon fonctionnement de la respiration. 

Pour reconstituer le profil de chaque cellule, Pascal Barby va effectuer des prélèvements auprès des médecins. 

L’objectif de cet inventaire, est aussi de mieux comprendre des maladies comme l’asthme ou la mucoviscidose ou bien de repérer des cellules aux comportements déviants capables par exemple de déclencher un cancer.

Avec 100 000 milliards de cellules à passer au crible je vous laisse imaginer le travail pour les informaticiens qui vont devoir rendre intelligibles aux biologistes et aux médecins, toutes les données recueillies 

La pêche gigantesque qui commence avec cet ATLAS de biologie cellulaire représente une façon très nouvelle d’appréhender l’anatomie humaine. 

Légende du visuel principal:
Un projet d'atlas des cellules humaines © Getty / KTSDESIGN/SCIENCE PHOTO LIBRARY
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.