Mathieu, ce matin dans l’édito carré, vous revenez sur cette étude qui montre à nouveau l’effondrement des insectes.

Effondrement des insectes : une hécatombe qui fait froid dans le dos aussi bien chez les espèces rares que les espèces abondantes.
Effondrement des insectes : une hécatombe qui fait froid dans le dos aussi bien chez les espèces rares que les espèces abondantes. © Getty / Alongkot Sumritjearapol

Ces dernières années, les publications scientifiques montrant le déclin alarmant de ces animaux sur notre planète ont eu un impact très important sur le public. Symbole de la biodiversité qui nous entoure, la perte des insectes a suscité une vive émotion dans l’opinion. Souvenons-nous de cette étude allemande publiée en 2017 dans la revue PLOS One qui concluait à une baisse de 75% du nombre d’insectes volants sur les 25 dernières années.

Le 31 octobre dernier, une nouvelle étude publiée dans la revue Nature enfonçait le clou en livrant les résultats d’un travail d’envergure réalisé sur plus de 300 sites dans les prairies et les forêts allemandes. Elle montre la chute spectaculaire des arthropodes, ce groupe qui possède le plus grand nombre d’espèces de tout le règne animal notamment les insectes, les araignées, les scorpions ou les mille-pattes.

Et que livre cette étude exactement ? 

Les analyses ont porté sur plus de 2500 espèces observées entre 2008 et 2015 dans 3 régions d’Allemagne. Le territoire étudié est très vaste et les chercheurs ont fait un travail colossal en capturant et en classant plus d’un million d’arthropodes. Et les résultats sont sans appel.

Dans les prairies, ils ont constaté que la biomasse des arthropodes (c’est-à-dire leur poids total) avait diminué de 67%, le nombre d’individus s’était effondré de 78% et le nombre d’espèces de 34%. 

Dans les sites forestiers étudiés, la biomasse et le nombre d’espèces ont diminué respectivement de 41% et 36%. 

Une hécatombe qui fait froid dans le dos et qui concerne aussi bien les espèces rares que les espèces abondantes. 

Certaines d’entre elles ayant tout simplement disparu. Les scientifiques eux-mêmes sont stupéfaits par l’ampleur d’un tel effondrement. Signe que nous vivons une époque de  bouleversements très profonds. 

Dans un article du Monde publié en 9 novembre, Stéphane Foucard écrivait qu’en France, «de rares données non encore publiées indiquent que l'effondrement des arthropodes est d'ampleur similaire à ce qui se produit en Allemagne ».

Et quelles sont les causes de cette hécatombe ? 

Les résultats des chercheurs suggèrent que les principaux facteurs de déclin des arthropodes sont clairement associés dans les prairies à l'agriculture là où les terres agricoles sont exploitées de manière intensive à l’aide d’engrais et de pesticides.  

Pour stopper ce déclin les scientifiques suggèrent de mettre en place plus de coordination aux niveaux régional et national. 

Les insectes représentent aujourd’hui sur la Terre les animaux les plus menacés de disparition. Prendre conscience de leur importance pour l’homme et du désastre en cours devrait nous inciter à exiger des politiques de préservation beaucoup plus ambitieuses. 

L’heure n’est plus à la demi-mesure affirme Philippe Grancolas du Muséum National d’Histoire Naturelle. Il était l’invité de la Terre au Carré lundi pour nous parler de l’érosion inquiétante de la biodiversité. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.