Les parasites sont parmi nous. Quel est leur rôle ? Soyons clair, il n’est pas question d'évoquer les personnes sans-gêne qui vivent aux crochets des autres et qui sont capables de squatter le canapé de votre salon pendant une durée indéterminée...

Les parasites sont les êtres vivants les plus répandus sur la planète en terme d’espèces et d’individus

Le parasitologue Jean Lou Justine précise que la forme la plus extrême du parasitisme est portée par les virus qui ont besoin de détourner la machinerie cellulaire pour se reproduire. L’épidémie de Covid-19 en est une parfaite illustration. 

Mais bien que les parasites soient probablement présents sur Terre depuis l’apparition de la vie, on sait encore peu de chose sur leur passé lointain. Mais il y a quelques jours, des chercheurs chinois annonçaient la découverte dans la région du Yunan de la plus ancienne preuve de parasitisme datée de 512 millions d’années.

Qu’ont-ils découvert exactement ?

Une forme particulière qu’on appelle le kleptoparasitisme. Il s’agit d’une sorte de ver qui vivait à l’extérieur de la coquille d’un brachiopode, un petit invertébré marin qui ressemblait à nos palourdes actuelles. Les coquilles fossilisées, montrent que les parasites détournaient à leur avantage une partie du plancton dont se nourrissaient les brachiopodes qu’ils colonisaient. Il s’agirait des premières preuves de parasitisme alimentaire. Une forme assez rare dans la nature. 

On peut mentionner également le Grand Labbe, un oiseau marin qui repère les oiseaux qui ont le bec rempli de poisson, les attaque en plein vol pour les forcer à se poser, pour s’emparer ensuite de leur nourriture. Très efficace. 

L’écologue Franck Courchamp rappelait récemment dans le journal du CNRS qu’à chaque espèce est associé un cortège de parasites internes comme externes et qu’un parasite qui tuerait ou handicaperait trop rapidement ses hôtes prendrait le risque énorme de faire disparaître ses propres ressources alimentaires, son habitat et son moyen de locomotion.

Les parasites très néfastes ne seraient pas si fréquents dans la nature 

Non, et d'ailleurs, au fil de l’évolution, certaines formes de parasitismes se sont transformées en un échange de services. Une relation de symbiose qui peut-être considérée comme un partenariat positif. Par exemple, la relation entre les coraux et les algues microscopiques qui est cruciale pour la formation des récifs coralliens et qui profite aux deux organismes. Le biologiste Claude Combes raconte que le rapport hôte-parasite repose sur la capacité du parasite à parler le langage de son hôte. 

D’ailleurs, si vous avez envie de communiquer avec vos parasites, sachez que l’homme en héberge une jolie brochette dans ses organes, notamment dans son appareil digestif et même dans son génome. Certains morceaux de notre ADN seraient d’anciens virus qui utilisent l’énergie de nos cellules pour se multiplier... De quoi vous dire que finalement à tout moment vous rendez service à quelqu’un, même si c’est un parasite !

  • Légende du visuel principal: Les parasites sont partout, jusque dans notre ADN ! © Getty / Ed Reschke
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.