Ce matin dans l’édito carré, on s'intéresse au chat le plus mignon du web !

Lil Bub, prise en selfie avec son maître et une fan !
Lil Bub, prise en selfie avec son maître et une fan ! © Getty / Andy Cross

Elle s’appelle Lil Bub. Cette petite chatte âgée de 8 ans, est un véritable phénomène sur la toile avec ses 3 millions d’amis sur Facebook, ses 800 000 abonnées sur Twitter et sa chaîne YouTube où Michèle Obama et Robert de Niro sont venus la rejoindre.

Lil Bub doit cette popularité mondiale à son apparence inhabituelle. Atteinte de nanisme, elle présente en effet un museau très court, d’énormes yeux verts, une absence de dents, des doigts supplémentaires à chacune de ses pattes et une petite langue rose qui pendouille en permanence comme un morceau de chewing-gum. 

Certains la jugeront plutôt moche, mais Lil Bub qui a cessé de grandir à l’âge de sept mois, a su toucher les cœurs. 

C’est en tombant en 2014 sur une de ses vidéos que des biologistes moléculaires allemands et américains ont décidé d’entreprendre un projet de recherche afin de percer les mystères de la célébrité féline.  Les chercheurs voulait comprendre si les caractéristiques uniques de Lil Bub étaient dues aux mêmes mutations génétiques que celles qu’ils étudiaient chez des patients humains. Le propriétaire de Lil Bub a accepté de fournir un échantillon de sang et le séquençage du génome a pu commencer.

Cinq ans plus tard et après avoir collecté plus de 8 000 dollars dans le cadre d’un effort de financement participatif, les biologistes viennent de révéler leurs résultats à la "minousphère". 

Et qu’ont découvert les scientifiques? 

Et bien non pas une, mais deux anomalies génétiques

La première concerne les doigts supplémentaires de Lil Bub. Les chercheurs ont découvert que cette mutation génétique était la même que celle des chats polydactyles d’Ernest Hemingway qui sont célèbres pour avoir eu six doigts à chacune de leurs pattes antérieures. En 2007 une étude avait montré que tous les chats polydactyles nord-américains étaient apparentés à ceux de l’écrivain. Lil Bub serait donc liée à l’illustre famille. 

L’autre mutation génétique est plus surprenante encore puisqu’elle est associée à une maladie extrêmement rare : l’ostéopétrose, également connu sous le nom de maladie des « os de marbre ». Cette mutation chez Lil Bub affecte un gène qui entraîne une formation osseuse excessive et un durcissement de ses os. Cette maladie génétique n’avait jamais été décrite chez le chat auparavant. Elle n’était connue que chez l’homme et la souris.

Les chercheurs à l’origine de ces découvertes ont déclaré que les deux mutations génétiques n’étaient pas liés et qu’il s’agissait d’une incroyable coïncidence de les trouver chez un même individu.

Sur les réseaux sociaux, l’annonce de ces résultats a parfois suscité les moqueries de la part de quelques chercheurs perplexes. Mais pour les scientifiques qui ont travaillé sur le génome de la petite chatte, cette nouvelle étude de cas pourrait aider à comprendre certaines maladies rares chez des patients humains

En attendant Lib Bub, qui a déjà utilisé sa notoriété pour collecter des fonds afin d'aider les chats dans le besoin, est donc désormais également une célébrité dans le domaine de la recherche scientifique.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.