C'est un écosystème particulièrement précieux pour piéger le CO2. Mais elles n'échappent malheureusement pas à l’intensification de l’agriculture, à l’aménagement du territoire qui occasionnent leur assèchement. Un péril écologique qui augmente de 5 % les émissions de Dioxyde de carbone.

Dans une tourbière sur l’île de Harris en Écosse
Dans une tourbière sur l’île de Harris en Écosse © Getty / Tracy Packer Photography

Les tourbières : une singularité géologique 

Je vous propose une petite expérience sensorielle en vous invitant dans une tourbière. 

Déchaussez-vous et posez vos pieds nus sur le sol spongieux. Je suis sûr que percevez la sensation du contact de vos pieds avec la fraîcheur des mousses gorgées d’eau. 

Les tourbières sont constituées de matières végétales en décomposition qui tapissent le sol parfois sur plusieurs mètres. 

Et si je vous en parle c’est qu’elles font un boulot absolument remarquable. Alors qu’elles ne représentent que 3% de la surface terrestre, elles emmagasinent à elles seules un tiers de la totalité du dioxyde de carbone stocké dans les sols !  

Les forêts et les océans sont souvent présentés comme les puits de carbone par excellence mais on aurait tort d’oublier les tourbières qui jouent un rôle absolument crucial pour le climat

Dans notre pays, elles occupent entre 60 000 et 1000000 hectares et on en trouve des Vosges jusqu’aux Pyrénées en passant par les Alpes, le massif armoricain et même le Bassin parisien. Pendant très longtemps, les tourbières ont été exploitées car elles produisaient de nombreuses ressources naturelles comme du combustible, du fourrage, des pâtures et même des petits fruits. 

Ces écosystèmes rendent de très nombreux services à la nature

Elles participent par exemple à la régulation des eaux en jouant un rôle d’éponge. Elles assurent la filtration et l’épuration ce qui en fait des sources naturelles d’eau potable à préserver absolument. Elles représentent aussi un milieu indispensable pour bon nombre d’espèces comme des libellules, des escargots ou des papillons et puis enfin elles offrent des paysages magnifiques dans lesquels nous aimons poser les pieds.  

Les tourbières elles aussi menacées

Sauf qu’avec l’intensification de l’agriculture et l’aménagement du territoire, les tourbières subissent de nombreuses menaces. Drainages intensifs pour l’agriculture, décharges et dépôts divers, extractions industrielles pour la fabrication de terreaux, creusements d’étangs et de plans d’eau, on ne compte plus les activités qui ont eu raison de plusieurs dizaines de milliers d’hectares de tourbières partout en France et dans le monde. Et puis bien sûr n’oublions pas le changement climatique qui ne les épargne pas non plus. 

Les tourbières avec la hausse des températures, perdent leur rôle crucial de régulation du climat et se transforme à leur tour en émetteurs de CO2 ce qui a pour effet de renforcer l’effet de serre au lieu de l’atténuer : c’est le monde à l’envers. 

Les tourbières asséchées seraient déjà responsables de 5 % des émissions de CO2. Les scientifiques nous alertent donc sur l’importance vitale de les préserver. Heureusement partout en France de nombreuses initiatives s’organisent pour réhabiliter le fonctionnement d’un grand nombre de tourbières. C’est le cas du programme européen Life Tourbières qui est lancé pour restaurer 60 tourbières sur le massif du Jura. 

Et si vous souhaitez en savoir plus on vous donnera tous les détails cet AM dans la Terre au carré.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.